Safi prépare un plan anti-pollution

· L’étude confiée au bureau français Phénixia

· La priorité accordée aux espaces verts

Safi prend le taureau par les cornes et décide de s’attaquer à un problème crucial: la pollution atmosphérique. Ville portuaire et industrielle, elle vient de lancer une étude pour la mise en place d’une stratégie anti-émissions atmosphériques. Le projet, qui concerne aussi El Jadida, est mené en partenariat avec le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Eau et de l’Environnement (Matee) et a été confié au bureau d’études Phénixia, filiale du groupe français Bougéap, spécialisé en ingénierie de l’environnement. Rappelons que le département de tutelle a adopté une stratégie pour la réalisation d’une cartographie des émissions atmosphériques dans les grandes villes du Maroc. Il s’agit de déterminer les sources de pollution et de proposer des recommandations pour la réduction des rejets gazeux dans les secteurs de l’industrie et des transports. Le travail devrait être remis dans moins d’un an.
L’acquisition d’une station fixe de mesure de la qualité de l’air au niveau de la ville est un autre atout pour Safi. Cette station a été installée par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement et la Direction générale des collectivités locales dans le cadre du programme « Qualit’Air ». Elle est gérée par la direction de la Météorologie nationale et permet d’avoir des mesures précises et instantanées des principaux polluants. Les premiers résultats démontrent, par rapport aux normes OMS, à l’exception de rares pics horaires de SO2, une qualité de l’air « assez satisfaisante».
Par ailleurs, les unités industrielles de la ville sont invitées a mettre en place des systèmes pour réduire les nuisances. A ce jour, une entreprise locale ne s’y est pas conformé et les autorités compétentes ont décidé de sa fermeture.
Des efforts sont également déployés pour réhabiliter les espaces verts avec la participation d’un certain nombre de partenaires publics et privés. La ville compte actuellement 36 jardins publics. Les plus importants sont le jardin de la Salle des fêtes (2ha), le jardin Mohamed Jamal Doura (3ha) et le jardin de Sidi Bouzid, nouvellement créé sur 2 hectares. Par ailleurs, d’autres ambitieux projets dans le domaine sont programmés. Il est prévu la plantation de plusieurs milliers d’arbres et d’arbustes ainsi que la création d’un jardin exotique.
A citer aussi le programme de plantation de 100.000 arbres dans le cadre de la convention de partenariat avec la Fondation Mohammed VI, Maroc Phosphore et la wilaya. Le total des arbres et des arbustes plantés à ce jour est de 79.246. Enfin, une autre étude est en cours de réalisation pour la création d’un jardin exotique à Sidi Bouzid.

 

Par : Mohamed Ramdani

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :