Safi : la médina bientôt réhabilitée

Recasement des ménages des maisons menaçant ruine

  • Restauration des murailles et des portes de la cité
  • Les travaux estimés à 63 millions de DH pour 2008/2010
    La médina de Safi est assurément une des plus belles du pays. Son héritage architectural et urbanistique est inestimable. «Elle peut, sans conteste, contribuer au développement global et intégré de la ville», indique Mostafa Hbibi, directeur de l’Agence urbaine de Safi.

    Le site est un des premiers lieux visités à Safi. La médina qui s’étend sur 10 ha environ et qui date du 10e siècle est chargée d’histoire. Selon les spécialistes, ce tissu urbain très ancien aurait été fondé par la dynastie des Almohades et fortifié en suite par les Portugais. Actuellement, des constructions historiques côtoient des maisons anciennes. La population actuelle de la vieille citée est estimée à 10.000 habitants environ.

    «La médina qui se compose de 963 habitations se caractérise par trois sortes de maisons», explique Abdelmajid Hadmi, architecte responsable du projet de réhabilitation. Des maisons traditionnelles introverties, c’est-à-dire que la lumière est dispensée depuis une cour intérieure. Elles ont été construites en bois, pierre et brique rouge. D’autre part, des maisons néo-traditionnelles datant de l’époque du Protectorat sont, elles, extraverties car fermées de l’intérieur et ouvertes sur l’extérieur par des balcons. Pour finir, des maisons plus récentes réalisées avec des matériaux modernes comme la brique et le béton armé.

    L’existence de quatre mosquées, d’une cathédrale, d’une église et de casbahs indique l’interaction des cultures et des différentes civilisations durant des siècles. La grande mosquée, située au centre de la médina, avait été détruite par les Portugais. Ces derniers ont construit à la place une cathédrale gothique. Le minaret avait été conservé et transformé en clocher. Les trois autres édifications musulmanes sont la petite mosquée, celle de la casbah et celle du cheikh Mohamed Saleh. Une église espagnole est actuellement squattée par des familles.
    A l’intérieur de la médina, on trouve aussi une école traditionnelle (medersa) qui daterait du 18e siècle. Les édifications du Château de Mer et de Dar Soltane sont les plus imposantes. Par ailleurs, une dizaine de zaouïas se trouvent également dans la médina.

    Aujourd’hui, il s’agit de préserver ce riche patrimoine. Ainsi, des études ont été réalisées pour la réhabilitation de la médina dans sa globalité. Le projet est estimé à 63 millions de DH et devra être réalisé durant la période 2008/2010. «La priorité est de recaser 30% des ménages habitant dans des maisons menaçant ruine», indique le directeur de l’Agence urbaine. La rénovation des façades et murs de la médina est déjà lancée. Des kissariats modernes (galeries marchandes) pour les commerces et pour la poterie, sont également au programme. Autres travaux prévus, la consolidation des monuments historiques ainsi que l’aménagement des places et placettes avec l’installation de mobilier urbain approprié. La création d’une maison de jeunes, d’un centre de santé et un autre à caractère social sont également au programme.

    Par ailleurs, une équipe de professionnels du patrimoine s’est attelée à élaborer une étude technique et documentaire relative à un ensemble de portes anciennes localisées dans les divers édifices qui composent le bâti urbain de la médina. Ces portes constituent les preuves du talent des artisans de la ville. En clair, elles reflètent le raffinement esthétique et le goût artistique des habitants de l’époque.
     

    Activités économiques

    Plus de 600 commerces sont actuellement en activité à l’intérieur de la Médina. Ils sont répartis dans l’alimentaire, les produits de ménage, l’habillement traditionnel et moderne, l’artisanat, les services, la construction et autres. «Ces commerces sont loin d’être structurés», déclare Mohamed Azouaou, directeur de la Chambre de commerce, d’industrie et services de Safi. Les kissariats sont dans un état vétuste et l’objectif aujourd’hui est de spécialiser les souks dans des activités précises.

     

    PAR : Mohamlmed RAMDANI

  • Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :