OCP : Intelligence environnementale

 

Avec des milliers d’arbres plantés, des millions de m3 de rejets traités, l’OCP se soucie de l’environnement dans sa politique de gestion. Le coût environnemental a été réduit au maximum.

GRAND opérateur économique, mais aussi social, l’OCP a voulu éviter que les bienfaits de son activité ne soient compromis par le coût environnemental. Il a ainsi fait de la protection de l’environnement une des grandes priorités.

Concrètement, cette politique se traduit par l’allocation de plus de 354 millions de dirhams par an à l’action environnementale.

Le programme de plantation de plus de deux millions d’arbres sur une superficie de près de deux mille cinq cent hectares participe d’une volonté de réhabilitation des mines en fin de vie. Trois pépinières d’une capacité de production de 500 000 arbres fournissent les plants nécessaires à cette ambitieuse politique de reboisement.

Elimination des rejets, réduction des nuisances sonores dues à l’utilisation d’explosifs, réduction des émanations de poussières lors des opérations de chargement des navires, grâce à la mise en service d’équipements tels que les manches télescopiques dans les ports, sont quelques unes des mesures destinées à protéger la santé des salariés et des populations locales.

Pour le groupe OCP, la protection de l’environnement passe aussi par la modernisation des infrastructures et des équipements du groupe (gestion des rejets liquides et gazeux, réduction des émissions de gaz grâce à la rénovation des installations de l’industrie chimique, amélioration des systèmes de captage des poussières dans les unités de traitement du phosphate, introduction de techniques d’économie d’eau et d’énergie). Le souci environnemental est présent dans tous les sites.

Maroc Phosphore, par exemple réalise des investissements conséquents dans la mise en place de stratégies de « développement propre » et de respect de la nature et de l’écosystème. Le Groupe s’est fixé un ensemble d’objectifs et de finalités, allant de la maîtrise des risques et des impacts de ses activités à l’amélioration de la communication interne et externe, en passant par la mise en conformité avec les standards internationaux et nationaux ou encore l’amélioration continue des performances environnementales et la promotion des conditions de santé et de sécurité sur les lieux de travail.

Le Groupe OCP a ainsi mené des études d’impact de ses activités sur l’écosystème. Il a également agi pour l’amélioration des compétences de ses employés en matière environnementale et assuré le suivi et le contrôle des rejets. Le tout lui a valu la certification ISO 14001 en décembre 2006. Le Groupe a réussi à faire en sorte que la préoccupation environnementale soit au centre de tous les projets. C’est pourquoi la nouvelle unité d’acide sulfurique de Maroc Chimie intègre le dernier cri en matière de Nouvelles technologies et de techniques de protection de l’environnement.

60 millions de dirhams sont investis rien que dans la réduction des émissions de dioxyde de souffre et le recyclage des déchets. Par ailleurs, 195 millions sont consacrés à la réhabilitation des lignes phosphoriques MCI à Maroc Chimie.

Résultat, réduction de moitié des rejets engendrés par les activités du site de Safi.

Maroc Phosphore généralise progressivement sa politique de réduction des émissions de dioxyde de soude engendrées par la production de l’acide sulfurique. Un budget de 600 millions de dirhams est alloué à cette opération. Maroc Phosphore Safi a également pour priorité la réduction des émanations en fluor et poussières. Un exemple, entre autres, de l’implication de Maroc Phosphore dans la protection de l’environnement est la mise en place d’une zone non aedificandi, une ceinture verte plantée de près de 125.000 arbres autour du complexe chimique de Safi.

De manière générale, la politique environnementale de l’OCP répond à 3 objectifs : respecter la réglementation, prévenir les pollutions accidentelles, rechercher en continu l’amélioration des performances.

Sur le terrain, cette politique se traduit, notamment par la recherche et la mise en place de procédés de fabrication moins polluants, le choix d’équipements performants. Elle se traduit aussi par l’optimisation et la rationalisation des besoins en eau, en énergie et en matières premières et par la réduction des volumes de déchets, des rejets liquides et des émissions atmosphériques. L’OCP peut ainsi prévoir les situations d’urgence et la mise en place des moyens d’intervention.

Pour donner un aperçu de l’effort financier consenti, la réduction des émissions liées à la production coûte entre 15 et 25 % du coût global de l’investissement productif. Le Groupe qui a maîtrisé la question environnementale pouvait alors signer une convention avec le ministère de l’Environnement. Elle a abouti à l’élaboration de normes d’émissions sectorielles. L’OCP a par ailleurs adhéré depuis 1997 au protocole « Responsible Care ». Enfin, toute la plateforme de Jorf Lasfar a certifié son système de management environnemental selon la norme ISO 14001 depuis 2005…

 

One response to “OCP : Intelligence environnementale”

  1. zouhair says :

    wa ma3andi mangol tmajhadti asadouk sir lah yasar
     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :