oopération Le partenariat international au centre des préoccupations.La CCIS fait le point sur la communication

 
Poursuivant ses efforts visant à accompagner la ville dans son développement socio-économique, la Chambre de commerce et d’industrie de Safi (CCIS) a récemment organisé de concert avec les organismes et institutions locaux une table ronde pour discuter du thème «Safi et le partenariat international : capitalisation et fédération des expériences».
 
Cette rencontre qui a connu la participation de plusieurs acteurs de la société civile à Safi, à l’image de l’AMAEEF, l’APSM, l’Association RA II, l’alliance franco marocaine, les associations Likaa, Ibn Khaldoun d’aide aux internats, Hawd Assafi et l’école Sup Tem, a été pour les participants un espace d’échange pour évaluer les actions déjà entreprises et mener la réflexion sur les moyens à mettre en oeuvre pour définir et mettre en place un cadre de coopération plus approprié et performant entre les différents acteurs opérant dans le domaine de la coopération et le partenariat d’ordre international. Capitaliser le savoir-faire et fédérer les expériences déjà acquises a été le vœu pieu pour l’ensemble des participants dans la mesure où ceci aura l’effet de créer une synergie dans le fond et la forme des actions de coopération à mener avec davantage de professionnalisme, de sens et de savoir.

La déficience relevée en matière de communication a été aussi parmi les questions phares abordées par les participants. Il est d’autant paradoxal, ont-ils constaté, de relever encore de nos jours où les moyens de communication et d’information connaissent un développement virtuel et rapide et à une époque où l’environnement se trouve assailli par l’abondance d’informations, la communication au sein de ces institutions continue, malheureusement, de connaître encore une déficience énorme.
Les travaux de cette table ronde, à laquelle ont pris part également les représentants de la wilaya de la région, le directeur de la CCIS, le CRI, la délégation de l’artisanat, l’industrie et le commerce, la pêche maritime et l’agence nationale des ports sont parvenus à se mettre d’accord sur un certain nombre de recommandations dont la création d’un comité ad hoc devant fédérer les actions.
Il a de même été décidé de projeter une journée d’information dont les tenants et aboutissants seront dédiés à la communication.

 
Pour sa part, la CCIS s’est engagée par le biais de son directeur, Mohamed Azouaou, à programmer un module de formation au profit des organismes et associations opérant dans le partenariat international.
Il a également été conclu de mener la réflexion sur l’unification des présents et symboles de la ville devant être offerts aux délégations étrangères dans des rencontres de coopération et d’échange (manuels sur Safi, dépliants, fanions, pins, produits de poterie et autres). La présence de Safi se doit d’être ressentie dans les expositions internationales, c’est pourquoi, il va falloir installer partout dans ces forums un stand officiel type à créer. Car cela ne fera que valoriser le produit de la ville et promouvoir sa commercialisation dans différents pays étrangers. Autre engagement pris, celui de l’école Sup Tem portant sur l’aide et le soutien que celle-ci est disposée à apporter pour toute association désirant créer son site WEB, outil performant de communication.
La valorisation des efforts entrepris et celle des actions initiées dans le domaine du partenariat international ne pourra donc être acquise et réellement perçue que lorsque le grand public safiot qui, malheureusement, ne sait pratiquement que peu, sinon rien, de tout ce qui se passe dans ce cadre, soit au courant de qui fait quoi. Pour remédier alors à la carence constatée à ce niveau et répondre judicieusement à cette question, il faut impérativement doter le comité ad hoc projeté à la création d’une structure dont la charge exclusive serait celle de s’occuper de la communication et de l’information.
 

Création des entreprises

La commission régionale de création des entreprises dans la région Doukkala-Abda a annoncé récemment que le délai de dépôt des candidatures pour les porteurs de projets d’entreprises sera prolongé jusqu’au 17 février.
Les candidatures sont ouvertes aux titulaires de diplômes universitaires ou professionnels, âgés entre 20 et 40 ans.
Chaque projet, d’une enveloppe ne dépassant pas les 250.000 DH, bénéficiera du programme "Moukawalti" pour la création des entreprises.
Cette initiative est notamment soutenue par le Groupe Banques populaires, la Chambre de commerce, d’industrie et des services, l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec), les ONG ainsi que des acteurs de la région..
 
PAR : SALAH Zentar

 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :