Centrale thermique à Safi

La polémique fait rage

 

· Elus, associations et populations…tous mobilisés

· L’ONE défend son dossier


· La décision du gouvernement très attendue

PAS de centrale thermique à Safi. Les élus, les associations et la population sont formels. Lors d’une conférence de presse, donnée hier dans la capitale des Abda, ces derniers ont renouvelé leur opposition au projet de construction d’une centrale à charbon, à Bir Al Har, à une dizaine de km de la station balnéaire de Souiria Laqdima (cf :www.leconomiste.com). A l’issue de la rencontre, un communiqué a été diffusé dans ce sens. Au même moment, à Rabat, le Premier ministre, les ministres de l’Intérieur et l’Energie et des Mines, tenaient une réunion pour étudier le projet. Leurs conclusions sont très attendues.
«Le site de Souiria Laqdima est à vocation touristique. Des projets ont été validés dans ce sens. Pas question de tout anéantir avec une usine polluante», explique Karim Abdellah, président du conseil provincial.
Pourtant, le projet semble bien amorcé. Un terrain de 150 ha a été acheté par l’Office national de l’électricité (ONE). Ce dernier s’étend sur les communes de Maachat et Ouled Selmane. «Les élus de Maachat ont rejeté à l’unanimité la mise en place de la centrale lors de la session du conseil du 13 février», affirme M’barek Essbai, député et président de la commune. Mais pourquoi avoir validé le projet ? Selon des sources communales, le projet initial était l’aménagement d’un complexe social pour le personnel de l’Office. « Puis après l’échec de Cap Ghir, l’ONE s’est rabattu sur Safi », ajoute la même source.

· Safi retenue par l’ONE depuis 2000

«Pas du tout», répond la direction de l’Office. «Le projet de la centrale électrique de Safi ne vient pas se substituer à celui de Cap Ghir. Il figurait déjà dans le programme d’investissement de l’ONE et devait arriver après Agadir, est-il encore précisé. L’Office aurait déjà qualifié le site de Bir Al Har depuis l’année 2000. «L’’annulation de la centrale d’Agadir a pour ainsi dire précipité les choses pour Safi », explique-t-on. L’ONE soutient aussi que le site dans la région des Abda a été choisi sur la base de plusieurs critères: l’existence d’une source de refroidissement (eau de mer), la proximité du réseau électrique pour l’évacuation de l’énergie, la géologie favorable à la construction d’une centrale électrique. Et pour finir, la bathymétrie est également favorable pour la construction d’infrastructures portuaires pour la réception des bateaux spécialisés dans le domaine.
Par ailleurs, la pression se maintient au niveau national avec l’évolution du taux de croissance de la demande en électricité et qui atteint une moyenne de 8,3% par an. C’est pourquoi, le projet de Safi serait devenu urgent.
L’ONE envisage de réaliser une centrale thermique à charbon, d’une puissance totale de 1320 MW. Cette centrale entrera en service à fin 2012 et produira en régime de croisière 10 milliards de KWh par an, représentant 27% de la demande globale du pays à l’horizon 2014. L’installation utilisera les technologies du ‘’charbon propre’’ qui permettent de mettre en valeur le contenu énergétique du charbon tout en réduisant son impact sur l’environnement, est-il indiqué. L’utilisation des technologies du charbon propre implique de nombreuses mesures environnementales d’atténuation au niveau des rejets atmosphériques et des rejets liquides. Les différents rejets de la centrale seront séparés et traités spécifiquement au moyen de traitements appropriés. « Concernant le bruit, les moyens nécessaires d’insonorisation (capotage, silencieux, anti-bruit, etc.) sont prévus pour réduire la nuisance sonore, est-il précisé. Le coût global du projet s’élève à 20 milliards de DH dont 3,5 milliards sont programmés pour l’adoption de ces technologies dites du ‘’charbon propre’’.
Mais toutes ces données techniques ne rassurent nullement la population de Safi qui déjà souffre de la proximité du port industriel et chimique de Jorf Lasfar. «Nous n’avons pas envie de voir de nouvelles cheminées déverser dans l’atmosphère leurs particules polluantes», termine un responsable associatif.

PAR: Mohamed RAMDANI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :