OCP: 22 milliards de DH à prendre

· Près de 6,5 milliards de DH en 2008

· Modernisation et extension de la capacité de production


· L’énergie et l’environnement en bonnes places aussi

Au-delà du changement de statut, la grande inconnue était jusqu’alors de savoir comment faire passer toutes les réformes annoncées par l’OPC, version Société Anonyme… Allusion est faite aux vielles méthodes et habitudes naguère érigées en système de contrôle et de gestion.
L’opacité dans la gestion de l’Office avait relégué au second plan toutes les règles de management moderne. La cession inévitable des parts de l’Etat à la CDG ne changera en rien les méthodes de contrôle appliquées aux entreprises publiques. Mais, dans ce contexte, l’OCP S.A. doit, comme le prévoit le rapport économique et financier 2008, consolider le leadership du Maroc sur le marché mondial des phosphates et dérivés.
Entre autres défis, pour tenir son rôle de vecteur de développement économique et social du Royaume (34.000 emplois et 20,7 milliards de DH réalisés à l’exportation en 2006), l’OCP S.A. va investir près de 6,5 milliards cette année, en plus des 3,3 milliards de DH relevant du plan 2007. Ils devront porter sur la modernisation et l’extension des sites existants de Safi, Khouribga, Youssoufia, Jorf Lasfar. Ou encore la création de nouvelles unités de valorisation des phosphates dans le cadre de partenariats stratégiques signés avec des groupes étrangers.
La construction du pipeline reliant Khouribga à Jorf Lasfar ouvre de nombreuses opportunités d’affaires pour les entreprises marocaines. A rappeler que la politique de l’Office s’appuie, depuis quelques années déjà, sur l’externalisation et la sous-traitence. Et l’annonce à l’avance des projets inscrits, ne peut que conforter la visibilité des PME mises sur orbite. Mieux encore, certaines d’entre elles ne manqueront pas d’engager, à leur tour, des investissements. Histoire de s’adapter aux marchés offerts.
Ainsi, la construction d’une usine d’acide phosphorique sur la plateforme industrielle de Jorf Lasfar, en partenariat avec le groupe pakistanais Fauji pour une enveloppe de plus de 2,03 milliards de DH, est une grosse opportunité d’affaires. De nouvelles installations pour renforcer la plateforme nécessiteront plus de 1,1 milliard de DH. De même, pour la réalisation d’un système de récupération de chaleur, l’investissement prévu s’élève à plus de 209 millions de DH. A Safi, les trois chantiers ouverts portent sur la réalisation d’une unité double d’absorption d’un montant de 600 millions de DH, d’un prétraitement et concentration de l’acide phosporique pour 200 millions, et le renouvellement de la centrale thermo-électrique de Maroc Chimie à 300 millions. Sur le site de Khouribga, il s’agit d’une étude d’ouverture d’une nouvelle mine, de la construction d’une nouvelle laverie pour 600 millions et d’un équipement de dépoussiérage des installations pour 144 millions. D’autres équipements à Sidi Chennane (trémies d’épierrage, carreau de déstockage) vont nécessiter 600 millions de DH. A noter par ailleurs qu’un large programme environnemental, baptisé «slurry pipeline», est prévu pour réaliser de grandes économies d’eau et d’énergie, et réduire la pollution. Les détails de cet aspect du plan d’investissement sont encore gardés secrets, «du fait de la difficulté à réunir des capitaux privés autour de ce volet». Du côté de la direction générale, on se félicite du nouveau statut de l’entreprise qui «nous ouvrira les portes de fonds d’investissements environnementaux, particulièrement soucieux en matière de transparence financière». Le tout, comme le prévoit la stratégie de l’OCP S.A. est de bénéficier d’emprunts à taux bonifiés pour accélérer la réalisation du programme environnement. In fine, c’est aboutir à l’autosuffisance énergétique, en investissant massivement dans la production d’électricité éolienne. Ce qui n’est pas pour déplaire à Saïd Mouline, conseiller du président, et président de la commission Energie de la CGEM.
Une série de partenariats à l’international est aussi au programme investissements de l’Office. Un complexe intégré, en projet de partenariat avec le brésilien Bunge pour un investissement de 2,8 milliards de DH, devrait être exécuté cette année. De même, l’Office avait signé un protocole d’accord (fourniture de superphosphate triple granulé) avec la compagnie américaine Mosaic. En vertu de cet accord, Maroc Phosphore S.A. filiale de l’OCP S.A. sera le principal fournisseur du marché nord-américain. La transparence et la solidité financière de l’Office sont désormais des atouts supplémentaires pour s’arroger la confiance des plus grands groupes mondiaux du secteur. Tous ces partenariats stratégiques et accords commerciaux conclus ici et là, concourent à sécuriser les ventes du groupe, voire se prémunir contre la concurrence internationale annoncée, notamment celle de l’Arabie Saoudite avec son projet pharaonique de Jalameed

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :