Safi, La ville souffre de problèmes écologiques.

Conférence de presse pour dénoncer la construction projetée d’une centrale thermique
L’implantation d’une centrale thermique à base de charbon projetée dans la localité dite «El Maleh», près de la station balnéaire de Souiria Kédima soulève l’ire et la colère de l’ensemble des composantes de la société civile à Safi.
 
Des rencontres et contacts entre élus locaux, députés, conseillers, associations et autres se multiplient pour contrecarrer cette initiative qui, au demeurant, risque de porter un préjudice énorme à cette ville qui souffre et depuis longtemps déjà de pas mal de problèmes d’ordre écologique et environnemental. «Nous sommes appelés plus que jamais à une mobilisation totale pour réhabiliter notre province et permettre son intégration dans le courant conciliatoire du développement déclenché dans plusieurs régions du Royaume », déclare Abdallah Karim, président du Conseil provincial lors d’une conférence de presse tenue récemment. L’ONE s’est peut-être trompé d’adresse en projetant la création d’une centrale thermique à 20 kilomètres au sud de Safi, en plus d’une centrale du genre déjà implantée dans la région, à Jorf Lasfar (El-Jadida) et dont l’apport, rappelle-t-on, couvre environ 40% des besoins du pays en matière d’électricité.

Il y a, cependant, de quoi s’interroger si la ville de Safi, virtuellement assiégée par une ceinture de pollution atmosphérique et marine et encerclée par tous ces rejets et émissions toxiques notamment engendrés par les usines d’industrie chimique, de ciment, de plâtre, ou encore de cette poussière générée par la manutention des minerais au port, ne mérite pas un minimum d’attendrissement pour être, en somme, épargnée de ce projet dont les retombées ne feront qu’assombrir encore davantage un environnement déjà plus que préoccupant.
Il serait trop aberrant, voire malheureux même, d’envisager l’implantation d’un tel projet dans cette zone à vocation touristique au moment où de gigantesques efforts sont déployés depuis des années durant par l’OCP visant, à travers la rénovation de ses installations et le recours à des procédés de production plus pointus, à atténuer l’effet pervers de toutes ces substances toxiques rejetées de jour comme de nuit dans l’air et dans la mer.

Maintenant que la situation est en passe de s’améliorer sur le plan écologique et environnemental et au moment où la station balnéaire de Souiria Kédima s’est conférée le statut de destination touristique prisée et convoitée par les investisseurs étrangers, on décide du jour au lendemain de revenir à la case départ pour hypothéquer de nouveau l’avenir prometteur de Safi. Construire cette centrale thermique dans cette partie du Royaume, sachant, par ailleurs, qu’elle était initialement prévue au cap Ghir dans la région d’Agadir, serait comme dit l’adage : «Déshabiller Saint Pierre pour habiller Saint Paul». Ainsi, et pour ne pas trop s’empêtrer dans des calculs insignifiants de rentabilité et d’impact de la future centrale, même si à ce niveau là aussi, Safi serait grand perdant puisque la concrétisation de ce projet dans cette zone serait à même d’avorter tous ces investissements étrangers qui sont déjà validés par le comité interministériel pour la construction, sur plus de 1.300 ha, d’un complexe touristique à la station balnéaire de Souiria Kédima.
                                                         ————————————————————————————

Impact négatif

Au cous de la conférence de presse organisée pour l’occasion, le débat s’était concentré plutôt et surtout sur l’impact que cela devrait avoir sur l’environnement, sur la santé des populations, ainsi que sur le devenir de la région. Dans tous les cas, le bras de fer ne fait que commencer et la lutte contre l’implantation de ce projet à Safi sera menée jusqu’au bout par les élus, les députés et les conseillers, ainsi que par le tissu associatif qui s’apprête à organiser un certain nombre de manifestations pour sensibiliser les pouvoirs publics concernés et les responsables des dégâts devant être occasionnés à l’environnement et dans la région déjà en détresse.

PAR : SALAH Zantar

One response to “Safi, La ville souffre de problèmes écologiques.”

  1. lucette says :

    c\’est tres bien de vouloir proteger votre cote mais tant qu\’il y aura anarchie concernant les stationnements , les vidanges , et les nuisances  sur la place des village exemple souiria kedima vous n\’obtiendrez pas  la faveur des touristes. Il faut canaliser le flux des gens du voyage en les plaçant dans des campings. Les eux usees , les eaux des lessives voir des K7 WC  etant deversees dans les massifs , je ne pense pas que les touristes marocains et etrangers  .soient attires, il est vrai que les mouches aiment !!!!!d\’autres part etant donne la population allant en augmentat, il serait bon de construire des stations d\’epuration. Les petits ruisseaux forment de grandes rivieres, alors c\’est tres bien de s\’attaquer aux grandes realisations , mais  il ne faut pas negliger les petites choses de tous les jours. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :