SAFI :Vers l’extension du centre d’hémodialyse

Prise en charge des malades insuffisants rénaux par l’ASMIR et ses partenaires
La capacité d’accueil du centre d’hémodialyse de l’hôpital Mohammed V de Safi n’est plus en mesure d’assurer la prise en charge de l’ensemble des malades insuffisants rénaux dont le nombre a atteint, au début de l’année en cours, 156 patients contre 115 en 2007.
 
Le nombre des malades portés sur la liste d’attente a aussi évolué sensiblement passant de 46 à 82 dont 30, qui sont dépourvus de moyens et de couverture sociale, sont déjà à un stade avancé de l’insuffisance rénale chronique. La stratégie devant être mise en place pour parer donc à cette situation et permettre à ces patients de conserver l’espoir de vivre est, selon le président de l’ASMIR, soit de projeter, dans le cadre d’un partenariat multisectoriel, l’extension du centre d’hémodialyse actuel ou encore de construire un centre annexe à l’hôpital Lalla Hasna à Youssoufia.

La réalisation d’un tel projet sera d’une grande importance dans la mesure où il aura à prendre en charge les malades atteints d’insuffisance rénale résidant dans les villes de Chémaia, Youssoufia et les localités avoisinantes. Cela aura aussi un effet de décongestionner le centre actuel de l’hôpital provincial qui, rappelle-t-on, est doté de 19 appareils de dialyse, de deux salles de traitement d’eau, d’une salle de repos, de deux bureaux pour médecin et major, etc.

Au cours d’une conférence de presse organisée mercredi 27 février dans l’un des grands hôtels de la place, le président de l’Association de soutien des malades insuffisants rénaux (ASMIR), le Dr. Abdelaziz Mahfoud, s’est longuement félicité de l’effort déployé par l’association qui, grâce, à l’aide et au soutien du secteur de la santé, de la wilaya, des conseils élus et de plusieurs autres partenaires, est parvenue, non seulement, à prôner la gratuité des soins prodigués aux 72 malades régulièrement dialysés, mais aussi à apurer l’ensemble des dettes contractées au terme de l’année 2007 dont la gestion s’est soldée, a-t-il précisé, par un excédent budgétaire net de 1.070.000 dirhams.

Cependant, pour permettre l’accès aux soins à davantage de patients et pouvoir améliorer la qualité des services et prestations, l’association se déclare, par le biais de son président, disposée à fournir au centre 3 nouveaux appareils et prendre en charge le salaire de 3 infirmières diplômées pour renforcer le staff déjà en place.

Au cours de son intervention, le Dr. Mahfoud a également émis le vœu de voir l’encadrement du centre se renforcer par un second médecin spécialiste, du fait qu’un seul néphrologue ne peut, à lui seul, s’occuper et du centre et des malades.
Enfin, il convient de confirmer et, sans complaisance aucune, que l’ASMIR de Safi a bien gagné le pari dans la mesure où elle est, sans nul doute, l’unique association dans le pays qui, en synergie avec le département de la Santé, les autorités locales, les conseils élus, les partenaires et mécènes, prône, dans un élan de solidarité agissante, la gratuité totale des soins prodigués régulièrement à quelque 72 malades insuffisants rénaux. Un exemple à méditer par les autres ONG dans de nombreux autres domaines.
                                                                      ——————————————————————–

Certificat de qualité

Plusieurs mesures ont été prises dans le cadre de la protection de l’environnement portant essentiellement sur l’intégration de nouvelles technologies et de méthodes moins polluantes dans le processus de réalisation des projets comme en témoigne l’obtention par plusieurs unités d’extraction minière du prix d’excellence et par les complexes de Safi et de Jorf Lasfar de l’OCP d’un certificat de qualité pour la gestion de l’environnement.

L’affirmation est de la ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement. Amina Benkhadra a indiqué que le gouvernement marocain a adopté une stratégie minière fondée principalement sur le développement des capacités de production, de commercialisation et d’évaluation du secteur minier, ainsi que sur la mise en oeure des travaux de recherches et d’explorations, rappelant que les laboratoires relevant de l’office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) ont obtenu, en 2007, un certificat de qualité et que l’office chérifien des phosphates (OCP) a obtenu 28 certificats de conformité aux normes internationales (différentes unités de production).

Par : SALAH Zentar
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :