Lancement de la mise à niveau des commerces

· 20 millions de DH pour réhabiliter les échoppes de la Médina

· 650 locaux dont 7 Kissariats sont concernés


· Objectif: Formaliser les activités et assurer la fluidité de la circulation

Les travaux de réhabilitation de la Médina de Safi s’accélèrent. Le projet est initié avec des investissements prévisionnels de l’ordre de 67 millions de DH (cf.www.leconomiste.com). Mais cette réhabilitation passe avant tout par la mise en valeur de l’activité commerciale, indique Mohammed Azouaou, directeur de la CCIS (Chambre de commerce, d’industrie et des services de Safi). En effet, plusieurs professionnels exercent des activités très diverses à l’intérieur de l’ancienne Médina. Les secteurs d’occupation sont pour la plupart liés au commerce, services et à l’artisanat.
Ces activités permettent de répondre aux besoins des citoyens résidant à l’intérieur ainsi qu’aux visiteurs locaux ou étrangers. Les visiteurs y découvrent, en plus de la poterie, des articles d’habillement, l’électroménager, les produits alimentaires mais aussi autres prestations servies par les crémeries ou encore les coiffeurs. Des échoppes également, des commerces de viandes de boucherie, de la volaille et même des dentistes cohabitent dans la Médina. Ce sont en tout 645 locaux entre commerce, artisanat et services qui y sont recensés. Et selon des études, les activités liées à l’habillement (prêt-à-porter, chaussures…) et à l’alimentation représentent plus de 40% des implantations.
Les magasins en service dans l’ancienne Médina se concentrent surtout dans l’avenue Bir Anzarane qui est l’artère principale. D’autres rues connaissent également l’établissement d’un nombre assez important de commerces et d’ateliers de l’artisanat comme c’est le cas des rues Sawmaa, Derb Ennajara ou Souk Laghzel. Les activités professionnelles sont analysées selon l’aspect extérieur et le mode de gestion. D’après le premier volet, plusieurs points faibles caractérisent le commerce et l’artisanat: agencement anarchique d’articles, absence totale d’enseignes, aménagement interne non attractif (couleur des murs sombre, éclairage faible) ou encore piétinement sur le domaine public. Ce qui entrave la circulation dans l’avenue principale, Bir Anzarane.
En ce qui concerne la gestion, il a été constaté l’absence d’affichage des prix et la non tenue d’une comptabilité même simplifiée. Le commerçant et l’artisan confondent entre la caisse du magasin et l’argent de poche. Par ailleurs, il est à déplorer l’absence d’innovation et de créativité chez les professionnels pour ce qui est des aspects de présentation et du design. C’est pour cela que les autorités locales projettent de réorganiser toutes les activités commerciales à l’intérieur de la Médina. Le projet de mise à niveau des commerces est estimé à plus de 20 millions de DH. Le financement sera assuré conjointement par le département du Commerce (Dans le cadre du programme Rawaj), l’INDH, Al Omrane et les commerçants concernés.
Le projet consiste en la généralisation des auvents au niveau du réseau «soukier». Il est question aussi de la mise en place de pergolas, de devantures des boutiques et des couvertures à claire-voie de ruelles. La réhabilitation des Kissariats selon le style ancien et caractéristique de l’ancienne Médina est aussi au programme. Par ailleurs, la Chambre de commerce compte inciter et encadrer les commerçants pour la création des associations. Ces dernières vont se charger de les représenter et de remplir la mission d’interface entre l’Administration et les professionnels.
L’infrastructure en place

La Médina est structurée selon 23 artères et ruelles. Les échoppes opérationnelles sont au nombre de 645 alors que 109 autres sont fermées. L’ancienne ville compte également 8 fours publics, 7 bains maures et 7 Kissariats ou centres commerciaux(Al Fath, Chabab, Kaouar, Lahbas, Hdadou, Lakdima et Dar Sicar. Cette dernière est dédiée à la poterie. La mise à niveau des commerces à l’intérieur de la Médina vise surtout l’introduction des pratiques et techniques modernes de vente et de gestion ainsi que l’amélioration des conditions de travail des commerçants. Sans oublier la fluidité de la circulation dans les ruelles de la Médina.

PAR :Mohamed RAMDANI

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :