L’Alliance franco-marocaine se dote d’un nouveau conseil d’administration

Il a fallu pas moins de 7 heures pour épuiser les points prévus et venir à bout de l’ordre du jour des deux assemblées, extraordinaire et ordinaire, convoquées le 25 avril 2009 par l’AFM (l’Alliance franco-marocaine) de Safi.
L’objet de l’une et l’autre réunions portait respectivement sur l’amendement des articles 5, 6, 9, 11, 15 et 18 des statuts, puis sur la présentation des rapports moral et financier, ainsi que l’élection des membres devant constituer le nouveau conseil d’administration de l’Alliance. C’est sous une tente caïdale dressée dans la cour, au siège de cette institution, que les travaux entamés depuis 18H00 sous les auspices du pacha de la ville, en présence du consul honoraire de Safi et d’une centaine d’adhérents ne se sont alors achevés que très tardivement, vers 1 heure du matin. Du point de vue organisation, inutile de dire que ça été un véritable fiasco tant sur le plan matériel que technique. Bref, pour valider les amendements apportés aux articles précédemment annoncés, il a fallu assister à une interminable polémique inter -clanique stérile. Ainsi, après approbation à l’unanimité des amendements proposés, l’assistance aborda immédiatement les travaux de l’assemblée générale ordinaire à l’issue desquels le directeur de l’alliance, Luca Dimny, prend la parole pour donner lecture du bilan moral de l’année 2008.

L’on apprend que depuis la fin de l’ère «ACL», l’Alliance franco- marocaine de Safi qui est en phase de transition est une structure en quête toujours de son identité et de sa vitesse de croisière. Nombreux sont alors les événement survenus en 2008 quoique le début de l’année ne laissait pas supposer que des changements autant notables allaient intervenir. Le directeur en poste, Marx Vialaneix, avait organisé son programme culturel pour l’année scolaire et qu’il avait pourtant commencé à réaliser. Jusque-là, l’alliance semblait mener son bonhomme de chemin avec une équipe administrative assez réduite composée notamment d’un directeur, d’une secrétaire, d’une responsable de la caisse et de l’accueil et de 2 médiathécaires. En 2008, l’Alliance comptait un peu moins de 500 élèves et la médiathèque qui, selon son directeur, venait de vivre un désherbage massif ne disposait plus que de 3000 ouvrages. Pour ce qui est du conseil d’administration, piloté à l’époque par Abdelmounaim Tounzi, le festival du film se pointait à l’horizon et les quelques activités proposées par le directoire laissaient présager le souci d’une coopération et symbiose entre ce dernier et le conseil d’administration. Puis survint alors la démission et départ inattendus du directeur le 12 mars 2008.

Intervenue peu de temps avant le festival, cette démission ne s’est pas passée sans avoir un effet négatif dans la mesure où elle a perturbé les projets et laissé pas mal de questions en suspens. Le secteur des cours, en l’absence d’un directeur responsable, fut organisé tant bien que mal et de façon provisoire par un prof et une stagiaire française. Quant à la brochure du programme, elle a, pour sa part, été confiée aux seuls soins de l’imprimeur et parvint à l’Alliance bourrée de fautes d’orthographe. Le tirage en fut de 600 exemplaires. Du coup, le festival se déroula dans un climat de chaos, avec beaucoup de zones floues au niveau de l’organisation, des comptes, des factures, etc. Le rapport présenté souligne aussi que les activités proposées par le directeur démissionnaire n’ont eu aucune chance d’aboutir et encore moins de se réaliser. Elles ont toutes été avortées par le président du CA, Tounzi, lui qui les a très mal reçues et empêchées de se produire. Ainsi, les musiciens lésés ne cessent de réclamer leurs dus à l’alliance depuis lors jusqu’à ce jour. Ce quiproquo influa illico sur le programme culturel initialement prévu, du fait que celui-ci se déroula sans véritable suivi et avec un succès très mitigé. Cette situation ne perdura point puisque début juin 2008, un nouveau directeur fut nommé.

Il s’agit en l’occurrence de Lucas Dimny qui, dès son arrivée et à quelques semaines d’observation, il se résout à prendre certaines décisions radicales à l’image de la dichotomie, séparant pour ainsi, le festival et l’Alliance. Le jeune directeur nommé lança aussi toute une série de travaux et pour ne citer que la construction d’une salle des professeurs, une salle de réunion… le secteur des cours a également été développé en priorité, afin de répondre au souci à la fois d’améliorer la qualité des cours et de rentabiliser dans le temps et l’espace l’Alliance dans la perspective d’augmenter considérablement l’effectif en élèves. Il a de même été procédé dès septembre au recrutement d’un directeur des cours et d’une enseignante. L’équipe pédagogique a pour sa part été remaniée, se séparant des éléments non satisfaisants au niveau pédagogique ou même linguistique.

Pour apporter davantage de solidité méthodologique à l’ensemble du groupe, ces derniers sont remplacés par 4 enseignantes de FLE fraîchement diplômées. En dépit de tous les locaux nouvellement bâtis et restaurés, l’Alliance qui a connu un afflux considérable à l’inscription était dans l’obligation de refuser près de 200 élèves potentiels compte tenu de sa capacité d’accueil fixée à 800.
En ce qui concerne le programme culturel, le rapport indique que celui-ci a été réorganisé sans l’influence aucune du CA (Conseil d’administration) et porta pratiquement sur le concert de début d’année, des conférences, des représentations théâtrales, etc. Le tirage de la brochure, quant à lui, a été revu à la hausse et le format remanié et adapté aux moyens et possibilités de l’alliance.
—————————————————————–

Rapport financier

Le rapport financier présenté par le trésorier, Abdelkhalek Bennouni, retrace les recettes (476.880,00 dirhams) et les dépenses engagées du 7 octobre au 31 décembre 2008 (421.553,24 dirhams), soit un excédent budgétaire de 55.326,76 dirhams. Pour ce qui est de la période allant du 1er janvier au 6 octobre 2008, les comptes relevant de cette gestion sont toujours en suspens, non encore justifiés par l’ancien comité d’administration mené par Tounzi. Cette gestion SERAIT prochainement auditée. Bref, après discussion, les participants ont tous approuvé et sans réserve les deux rapports présentés. Abordant le dernier point, celui de l’élection des membres devant former le nouveau conseil d’administration, l’ancien comité démissionna en bloc, cédant la place à Chiheb, désigné par l’assistance pour mener à bien l’opération de vote. Pour les 13 postes à pourvoir, 36 candidats sont rentrés en lice pour briguer une place parmi les futurs membres qui auront la charge de prendre en main durant les deux années à venir la destinée du CA de l’Alliance. Ainsi, les candidats déclarés élus après dépouillement des voix sont nommément : Bennouni Abdelkhalek, Mennis Mohamed, Izzaki Atika, Laqabi Said, Merjani Abderrahmane, Pierre Mari, Houchimi M’Hammed, Elkhadiri Abdelilah, Dominique Arnaud, Aberchane Halima, Glories MichouBoumalif Latifa et Icart Dominique.

PAR: Par Salah Zentar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :