L’Erea charmé par le Maroc

En douze jours, des élèves de l’Erea ont apporté leur savoir-faire en bâtiment pour construire à Safi au Maroc une salle multimédia. Des moments inoubliables…

 « À travers les neuf jours qu’on a passés ensemble, personnellement j’ai pu observer un esprit d’équipe, une discipline, une motivation, un dynamisme, une tolérance, une sympathie et une coopération qui ont constitué les valeurs clés de votre réussite ». Signé Amine, le fils du directeur.
Douze jours de journal de bord tenus sur la toile, cela en fait des souvenirs marocains, des messages d’amitié, d’encouragement, de soutien et de photos.


Douze jours de rêve de l’autre côté de la Méditerrannée que les vingt élèves de l’Erea (établissement régional d’enseignement adapté), étudiant en CAP maçonnerie et maintenance des bâtiments de collectivité ne sont pas prêts d’oublier. « Au début, quand on nous a parlé du projet, on n’y croyait pas du tout, reconnaît Julien. On se disait que pour monter un tel projet, il nous faudrait pas quatre mois mais deux ans ! » 
« Leur dire qu’ils sont utiles » 
Pourtant, la date est rapidement prise : du 9 au 22 mai, c’est toute la classe qui se rend au Maroc, à Safi plus précisément pour y construire une salle multimédia pour une école primaire. Sacré défi à relever.
« Avec ce chantier, on voulait leur dire qu’ils sont utiles, raconte le directeur Hakim Recham. On voulait créer un chantier utile et motivant. » Et grâce au projet, lycéens et apprentis, et le coup de pouce de la Région (qui finance 50 % du projet), les élèves ont vécu quinze jours dans un autre monde. « On a tous été très touchés de ce qui s’est passé », glisse Hakim Recham.
Car, après quelques galères administratives, le groupe s’est envolé pour Safi (au sud de Casablanca), dans une ville absolument pas touristique. « Le but était de se retrouver dans une ville qui a besoin d’un coup de main », insiste le directeur.
Ce qui provoque aussi un dépaysement complet chez ces adolescents, qui n’ont jamais pris l’avion. Loin de leur environnement quotidien, ils ont appris à vivre ensemble, à doucement faire confiance, à respecter d’autres cultures, d’autres façons de vivre.
Ces douze jours, ils se sont mis au travail, malgré la chaleur, boostés par les enfants marocains qui régulièrement venaient voir l’avancée des travaux.
« Ils ont eu des moments d’hyper motivation. Ils étaient impatients de voir le résultat direct de leurs travaux ! », ajoute le directeur.
Et ça, ils en sont super fiers. Ce qu’ils retiendront de cette aventure ? Plein de jolies choses : des paysages magnifiques (ils ont fait escale à Marrakech, Ouazazate, Zagora), des souks, les couscous, de riches rencontres… Autre constat : « Le bâtiment, c’est pas la même chose qu’ici » , fait remarquer Julien. Sur leur nuage, ces jeunes sont heureux de l’avoir fait. « On vit dans un 15 étoiles ici », s’exclameront certains à leur retour. Ce qu’il en restera dans quelques mois ? Peu importe. Ils ont vécu de beaux moments, impulsé une vraie dynamique dans l’établissement autour de leur projet qui, dès que possible, verra le chapitre 2 s’ouvrir. Lien direct avec le blog : http://tph.blog.free.fr

AGNÈS POIZOT > agnes.poizot@nordeclair.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :