Safi: Extension de la résidence universitaire

· La capacité de Dar Attaliba portée à 120 pensionnaires

· Coût du projet: plus de trois millions de DH

Après
juste une année d’activité, la résidence universitaire Dar Attaliba de
Safi se prépare à tripler sa capacité d’accueil en passant de 40
pensionnaires actuellement à 120, à l’orée de la rentrée universitaire
2010. Cette structure d’accueil est un bon exemple d’intégrations
verticale et horizontale des potentialités locales largo sensu.
Elle
confirme, si besoin est, que la dynamique catalysée par l’Initiative
nationale pour le développement humain (INDH) non seulement est
positive mais qu’elle est aussi fructueuse en termes de capitalisation
des énergies et réduction des entraves pour mener à bien les projets de
solidarité.
L’idée a commencé à germer au sein de l’association
«Pour une université à Safi», composée d’intellectuels actifs sur le
terrain social.
Au bout de quelques années d’actions tout d’abord
culturelles, telle l’organisation du concours de nouvelles (en arabe,
français et amazigh) intitulé «Les Auteurs inaperçus du Maghreb», il
s’est avéré, en côtoyant les étudiants des nouvelles structures de
l’enseignement supérieur à Safi -à savoir la Faculté polydisciplinaire,
l’Ecole nationale des sciences appliquées (ENSA) en sus de l’Ecole
supérieure de technologie (EST) plus ancienne- que des difficultés
matérielles et logistiques rendaient la poursuite des curricula
universitaires ardue, voire une barrière infranchissable pour certains.
Partant
de ce constat, le tissu associatif a établi une typologie des étudiants
les plus exposés et les plus vulnérables. Résultat, pour remédier à
cette situation déplorable, il convenait de prendre en charge
prioritairement les filles issues des zones rurales, de familles
économiquement faibles, et surtout ayant un bon potentiel pour
poursuivre leurs études.
Grâce à l’implication du département en
charge de l’Education nationale, avec l’Académie Doukkala-Abda et la
Délégation de Safi, une annexe d’école vide sise à Sidi Bouzid a été
choisie pour abriter le projet piloté par l’INDH et ladite association.

Ainsi, 5 classes ont été réaménagées en dortoirs équipés d’un coin
cuisine avec gazinière, réfrigérateur, ustensiles…, d’une buanderie, et
d’un salon avec télévision…
Depuis novembre 2008, la résidence est
opérationnelle grâce aux aides du Conseil régional Doukkala-Abda, du
Conseil provincial de Safi et de la municipalité de la ville, sans
oublier les apports de quelques mécènes qui ont participé pour équiper
des locaux, initier des animations…

Vivre en autogérance

Une
commission ad hoc a choisi 40 étudiantes, qui répondent aux 3 critères
cités plus haut et donnent entière satisfaction quant à leur parcours
estudiantin. Elles vivent en communauté et en auto-gérance sous la
tutelle d’un Conseil de gestion (loi 14-05) et d’une administration
indépendante.
Alors que les dirigeants de Dar Attaliba étaient en
train de tout mettre en place pour être conformes aux exigences de la
nouvelle loi sur les Etablissements de protection Sociale (EPS), un
mécène associatif de Casablanca qui était de passage a eu l’occasion de
visiter la structure. Coup de foudre… et proposition d’un concours
financier!
Quelques mois plus tard, une seconde Convention
multipartite a été signée cette fois-ci par la délégation du ministère
de l’Education nationale de Safi, les Associations «Pour une université
à Safi» et l’Association marocaine d’aide à l’enfant et à la famille
(Amaef). Objectif: construire un nouveau pavillon d’une capacité
d’accueil de 80 pensionnaires et dans de très bonnes conditions.
Ainsi,
après juste une année d’activité, Dar Attaliba de Safi se prépare à
tripler sa capacité d’accueil. Ceci n’est point un luxe, puisqu’à la
rentrée 2009-2010 il y avait quasiment une centaine de demandes d’accès
en souffrance pour cause de manque de places.
Le coût total de ce
projet d’extension est estimé à plus de 3 millions de DH. Et, les
autorisations sont en phase de signature auprès de l’Agence urbaine, du
Conseil municipal et de la Protection civile…
Les initiateurs de ce
projet espèrent pouvoir récupérer quelques membres de personnels des
communes pour le gardiennage, jardinage… Un accord de principe avait
déjà été signé, en ce sens, le 8 juillet 2008, avec l’ex-président du
Conseil, mais il n’a jamais été mis à exécution…

leconomiste.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :