Centrale thermique de Safi : les soumissions pour le 15 mars

Deux unités de 660 MW, un port, un quai charbonnier et une usine de dessalement d’eau de mer. La centrale devra fonctionner avec la technologie «charbon propre» Banques et institutions financières internationales seront sollicitées pour le financement.
 
Dernière ligne droite pour les dépôts de dossiers de soumission pour la centrale thermique de Safi. Initialement prévu pour le 15 juin 2009, ce délai est, sauf énième ajournement, fixé pour le 15 mars prochain. Selon les premières informations, ce gigantesque projet qui nécessitera une enveloppe budgétaire de 24 milliards de DH comprend deux unités de production fonctionnant au charbon d’une puissance unitaire brute de 660 MW, un port dédié à la future centrale et un quai charbonnier.
«C’est l’Agence nationale des ports qui devra certainement se charger de la construction du quai charbonnier», assure une source proche du dossier. Selon elle, une unité de dessalement des eaux de mer est également prévue «pour assurer le refroidissement des deux unités de la centrale». Censée entrer en service fin 2014, cette centrale produira en régime de croisière 10 milliards de KWh par an, représentant 27% de la demande globale du pays.

17 entreprises ont manifesté leur intérêt pour ce gros marché

Les futurs soumissionnaires s’activent donc pour boucler les différents aspects des dossiers qu’ils devront présenter. Pour le volet financement, plusieurs institutions financières internationales comme la Banque africaine de développement (BAD) ou encore la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, ont été sollicitées. «Les banques marocaines ne peuvent à elles seules assurer le financement de ce grand projet», confie la même source. Deux grandes banques de la place ont été sollicitées pour en financer une partie. Mais «la part des banques marocaines ne dépassera pas les 20% du montant global du projet, soit pas plus de 4 milliards de DH», estime un banquier.
Outre le financement, les futurs soumissionnaires s’activent également pour boucler le volet des partenaires techniques à qui ils confieront le marché de la construction. Quelques grands noms circulent déjà sur le marché : Alstom, Mitsubischi Electric, Siemens et Mitsui groupe notamment. A ce jour, 17 entreprises ont manifesté leur intérêt pour ce gros marché, mais seules les candidatures respectant les critères de l’Office national de l’électricité (ONE) seront étudiées. En effet, pour avoir une chance, les soumissionnaires doivent avoir construit au moins deux centrales similaires et disposer d’une expérience de gestion et d’exploitation réussie de deux ans minimum. L’on peut déjà tabler sur la constitution de groupements. 
Signalons enfin que la future centrale utilisera du «charbon propre», une technologie qui permet de mettre en valeur le contenu énergétique du charbon tout en réduisant son impact sur l’environnement. Actuellement, la majorité des centrales thermiques à charbon, du fait de leur âge avancé et de la technologie utilisée, n’arrivent pas à réaliser un rendement supérieur à 30% et rejettent dans l’atmosphère des tonnes de CO2. La technologie dite de «charbon propre» consiste à relever le taux de rendement de ce minerai à plus de 40%, réduire par là les émissions, et capter les rejets de CO2 avant qu’ils ne soient émis.

lavieeco.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :