SAfi, Valorisation des potentialités de la région. Une délégation d’ambassadeurs accrédités au Maroc était en visite à cette ville.

La visite dernièrement rendue à Safi par une délégation d’ambassadeurs accrédités à Rabat a beaucoup été appréciée et accueillie avec autant de satisfaction dans la mesure où l’impact très positif attendu ne saura tarder à rejaillir sur cette ville si ancestrale, combien riche de par son histoire, son patrimoine, son hospitalité et son ouverture sur le monde extérieur.

Arrivés à Safi samedi 12 juin 2010, les 23 hommes diplomates, en l’occurrence ceux de l’Afrique du Sud, de l’Azerbaïdjan, le Bénin, le Brunei Darussalam, le Congo, la Côte d’Ivoire, la Croatie, les Etats-Unis d’Amérique, la France, la Hongrie, la Libye, la Malaisie, l’Ordre de Malte, les Pays Bas, le Pérou, le Portugal, la Roumanie, le Soudan, la Thaïlande, l’Ukraine, l’Union Européenne et les Ambassadeurs directeurs, chargés l’un du Protocole et l’autre des Affaires Arabes et Islamiques, n’ont regagné alors la capitale, que le lendemain dimanche au soir (13 juin 2010). Pour leur permettre de se faire une idée sur cette ville aussi paisible, connue jadis de «Cité de l’Atlantique», les diplomates présents ont pris part, peu de temps après leur arrivée, à une réunion officielle où le wali de la région de Doukkala-Abda et gouverneur de la province, M. Larbi Sabbari Hassani, a présenté en présence de ses proches collaborateurs, des élus et des chefs des services extérieurs un exposé succinct mais précis sur cette ville dont le présent témoigne d’une synergie et d’une dynamique impulsées par de grands chantiers structurants notamment fondés sur une approche participative.

Dans son intervention improvisée, le wali a tenu à rappeler de prime à bord que la ville est le chef lieu de la région économique de Doukkala-Abda ,coiffant quatre provinces à savoir : Safi, El Jadida, Youssoufia et Sidi Bennour. D’une superficie de 13.285 Km2, et d’une population à prédominance rurale (63%) comptant quelques 2 020 000 habitants, la région de Doukkala-Abda se doit d’être le 2ème pôle industriel après celui de la région du grand Casablanca grâce, d’une part, à sa position géographique stratégique sur la côte atlantique et d’autre part à ses potentialités naturelles et économiques.

Dans ce cadre, le wali a indiqué que le tissu économique de la région, très diversifié en général, est dominé par les industries chimiques et parachimiques. Il parait nécessaire , a-t-il ajouté, de souligner l’existence de conserveries de poissons concentrées à Safi avec de surcroit d’autres unités du secteur agro-alimentaire et une prolifération de petites et moyennes entreprises opérant dans différents secteurs tels que l’électronique, le textile, le cuir, le BTP etc. Pour ce qui est de la production industrielle, la région génère un peu plus de 25 milliards de dirhams, soit l’équivalent de 10,5 % de la production industrielle nationale. La moitié de cette production est destinée à l’exportation des produits de l’industrie chimique. A vocation fortement agricole, la région très réputée par ses plaines, ses terres, la fertilité de son sol et par la diversité aussi de ses cultures se place parmi les régions les plus productives au Maroc. C’est une région qui, dotée d’une superficie de 114.650 ha irrigués dont 96.000 ha en grande hydraulique, contribue activement à la production nationale.

A ce niveau, son apport indénia ble se situe autour de 38 % en betterave sucrière ; 22% en lait ; 10% en viande ; 8 % se positionnent eux aussi comme étant secteurs d’appoint, c’est parce qu’ils sont constamment boostés par l’effet des investissements publics et privés.
Le point d’orgue donc de cette rencontre restera incontestablement le débat ouvert et enrichi par un certain nombre de questions pertinentes posées par les diplomates à partir des données et éléments tirés des exposés présentés au sujet de la stratégie de production du groupe OCP, la mise en œuvre du programme INDH dans la province, le bilan d’activité du CRI et les opportunités d’investissement, sans oublier également le plan et le programme adoptés en matière de coopération à l’international.

La plupart de ces questions étaient liées à l’environnement dans son sens le plus large, les prévisions et tendances du marché des phosphates en ce temps de crise, la scolarisation de la fille en milieu rural, l’état actuel des installations chimiques, le projet de régionalisation, etc. Des réponses claires et précises ont par ailleurs été apportées par le wali et les responsables directement intéressés.

Un lieu mythique
La visite combien historique et salutaire s’est caractérisée, début de soirée, par une rencontre artistique organisée à Dar Soltane, un lieu mythique, où les hommes diplômâtes ont été invités à suivre avec beaucoup d’intérêt et enchantement le concert de fado. A ce spectacle, on avait remarqué la présence aussi du ministre d’Etat, Mohamed Lyazghi, ainsi que celle du ministre de la communication, Khaled Naciri. Le lendemain, les diplomates hôtes devaient clôturer leur visite rendue à Safi par une randonnée pédestre à l’issue de laquelle ils ont visité un certain nombre de monuments à savoir la cité des arts et culture, le château de mer, la cathédrale portugaise, kissariates «Bouiba et Ahbass» .

Le Matin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :