Parfaite exécution du Plan d’urgent

L’Académie régionale de l’enseignement et de la formation (AREF) des Doukkala-Abda a présenté, lors de la neuvième session de son conseil d’administration, ses premiers diagnostics des déficiences du Plan d’urgence en tant que système pédagogique dans la région.

Lors de cette rencontre, qui s’est déroulée, dernièrement à El Jadida, en présence, notamment, des gouverneurs et délégués provinciaux du secteur scolaire de Sidi Bennour, Youssoufia, El Jadida et Safi, Ahmed Akhchichine, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique a précisé que le Plan d’urgence (2009-2012) offre toutes les conditions nécessaires à l’émergence de l’école du troisième millénaire. Mais il a indiqué que la réussite de ce plan, qui constitue une véritable feuille de route pour la mise à niveau du système de l’éducation et de la formation, nécessite la mobilisation de tous les acteurs et les partenaires.

Puis, il a présenté les grandes lignes du bilan national de la première année de la mise en œuvre du plan d’urgence. Il a affirmé que ce bilan s’articule autour de trois principaux axes, à savoir l’élargissement de l’offre éducative, les efforts déployés pour faire face aux entraves socio-éducatives qui empêchent la scolarisation des élèves et le développement du modèle pédagogique.

M. Akhchichine a aussi a souligné que l’évaluation est une phase principale qui permet le redressement, le développement et le renouvellement des chantiers de réformes, notant que "cette démarche acquiert plus d’importance lorsqu’il s’agit d’un chantier sociétal tel que celui du parachèvement de la réforme du système éducatif". Ensuite, il a rappelé que "cette session coïncide avec la fin de la première année scolaire qui a connu la mise en œuvre effective du Plan d’urgence", ajoutant que cette étape est celle de la collecte des données et de la présentation d’un premier bilan sur les réalisations, les réussites et les échecs du plan, dans l’objectif de consacrer les rôles et de définir les responsabilités et, partant, valoriser les acquis et tirer les leçons des dysfonctionnements relevés.
Pour sa part, Mohamed Mâazouz, directeur de l’AREF des Doukkala-Abda, a donné un exposé exhaustif sur le bilan de l’année scolaire 2009-2010, le Plan d’urgence 2009-2012 et les préparatifs de la rentrée scolaire 2010-2011.

Et afin de faire une évaluation globale du processus de réforme et de l’impact de la réforme sur le rendement et les performances, le docteur Mâazouz a diagnostiqué les déficiences du Plan d’urgence en tant que système pédagogique au niveau de l’académie au titre de l’année 2009-2010. Ainsi, il a abordé la problématique de l’abandon des bancs de l’école, surtout au milieu rural. Autre sujet : les ressources humaines qui ont fait défaut, notamment dans les disciplines scientifiques.
Évidemment, des mécanismes ont été installés pour pallier ces insuffisances, indique Mohamed Mâazouz. En effet, l’Académie des Doukkala-Abda a organisé une Caravane régionale itinérante pour faire le tour des écoles, des collèges et des lycées. L’objectif est de se rendre compte de leur situation et d’établir des contacts directs avec les enseignants. Des contacts de sensibilisation ont été établis avec les présidents des communes rurales, des représentants de la société civile et les associations des parents d’élèves.

De même, des journées de sensibilisation et d’études ont été organisées avec succès contre la violence à l’intérieur des établissements scolaires. Sur un tout autre registre, des ateliers ont été tenus pour promouvoir la formation continue des enseignants et des fonctionnaires des administrations de l’enseignement.
Pour ce faire, l’académie a recours à plusieurs partenariats nationaux et internationaux pour dispenser des enseignements spécifiques. Des universités, des instituts et des écoles supérieures sont aussi mis à contribution.

Mohamed Mâazouz a ensuite relevé que dans le cadre du développement et de l’élargissement de l’offre éducative et pour pallier les insuffisances, l’académie des Doukkala-Abda a connu l’extension, au niveau du primaire, de 72 établissements scolaires, la création de sept écoles dont quatre communales pour un budget estimé à 3,5 millions de dirhams. Le pôle consacré à l’extension de l’offre éducative sera surtout marqué par la création, entre les années 2012-2013, d’un complexe pédagogique à la commune rurale de Béni Hilal.

L’enseignement secondaire s’est pour sa part doté de 46 nouveaux établissements scolaires et l’extension de 26 autres existants pour un budget exécuté d’une valeur de 35 millions de dirhams, alors que dans le secondaire qualifiant, l’on dénombre 7 établissements nouvellement créés, dont 5 internats pour un budget estimé à 47 millions de dirhams.
Les communes rurales dans lesquelles se trouvent des collèges sont passées de 52 à 54 communes, soit un saut qualitatif de 3% en 2010. Le pôle de la réhabilitation des salles de cours est passé de 556 en 2009 à 1.085 unités réhabilitées en 2010, soit un taux de réalisation de 95%, pour un budget d’une valeur de 30 millions de dirhams.

Création de nouvelles délégations du MEN

Les travaux de cette 9e session du conseil d’administration de l’AREF des Doukkala-Abda ont été couronnés par l’approbation de l’arrêté ministériel relatif à la création de nouvelles délégations du MEN, à savoir Sidi Bennour et Youssoufia, la restructuration de leurs services respectifs et l’adoption à l’unanimité par les membres du conseil du budget de l’exercice 2010. Le budget définitif de l’Académie des Doukkala Abda fait état de 405.234.927,47 DH dont 211.696.241,90 DH consacrés à l’investissement et 193.538.658,57 DH à l’exploitation, soit une augmentation de 35%.
Le ministre de l’Education nationale a tenu, à la fin des travaux de cette session, à féliciter le directeur de l’Académie des Doukkala-Abda Mohamed Mâazouz, les délégués provinciaux et l’ensemble des membres du conseil d’administration pour les avancées notables réalisées dans l’exécution du Plan d’urgence dans la région, grâce à l’étroite collaboration des autorités régionale et provinciale, la contribution de l’INDH et des collectivités locales.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :