في الجهوية الترابية

مدخل أولي:من المعلوم أن التراب في التشريعات و الدراسات و الأبحاث يعتبر فضاء و مجالا لمختلف المكونات الطبيعية و السكانية و المجتمعية الموجودة به دون إغفال مجموع العناصر المشكلة لوجود هذا التراب ارتباطا بالأنشطة الاجتماعية و الاقتصادية و الثقافية و بالتالي السياسية.

إذن فالتراب الوطني هو نتاج تاريخ تشيد عبر قرون من طرف مجتمع له تنظيمه الخاص به بهدف الاستجابة لحاجيات التسيير والأمن و التنمية، و يعتبر مكونا من مكونات الهوية التي تستند إلى المجال المشكل للأسس المادية للحياة الجماعية و استمراريتها التاريخية و بهذا المعنى يصبح التراب ذلك الفضاء المادي و الجغرافي و السكاني و السياسي و الثقافي و الاقتصادي أي مجال بشري و تاريخي المفروض تنميته المستمرة و التعامل معه يحتاج إلى استحضار مفهومه أثناء أي تدبير مجالي، إي استحضار السياسي إلى جانب الدينامية الاجتماعية و الاقتصادية و الثقافية و لا ينبغي استحضاره انطلاقا من منظور التقسيم الإداري فقط.

السياسة الترابية بالمغرب:

يبدو أن التأكيد على أن أغلب الدول الديمقراطية لعبت دورا كبيرا و معمقا في مسار تجدير السياسات الجهوية و حلت بعضها وارتبطت أدوارها التنظيمية ارتباطا وثيقا بدينامية تطوير السياسة الترابية انطلاقا من الأبعاد التاريخية و الثقافية في مسار ممتد اجتماعيا وسياسيا مسار يحرك و يؤثر في صيرورة التنمية المجالية .

ونحن إذا تعمقنا في قانون تنظيم الجهات بالمغرب يتضح طغيان الهاجس المرتبط بمفهوم اللامركزية المتعلق بنموذج الدولة الوطنية المركزية (المركز والهامش) اعتمادا على المقاربة السياسية للتراب الوطني، و نجد أن المجالس الجهوية المعمول بها حاليا لا يجوز لها التداول في قضايا ذات بعد سياسي و لا يجوز أن يمس أحداثها و تنظيمها بوحدة الأمة ولا بالوحدة الترابية للمملكة، ووزارة الداخلية كانت إلى الآن هي التي تتولى تدبير المسّألة الترابية .

وبناء عليه فالمطلوب حاليا و نحن أمام تحول كبير في المغرب مع هذا الحراك السياسي الأخير ومشروع الدستور الجديد فإنه يجب وضع نظام جديد للجهة باعتبارها جماعة ترابية جديدة كي تلعب دورها في تحقيق كافة الأعباء ذات الطابع المحلي و الجهوي عن الدولة، و حتى تتفرغ الدولة إلى ممارسة وظائفها الأساسية.

لقد كانت سياسة المركزية الاقتصادية هي السائدة بالشكل الذي يكرس الهامشية والاصطفاء المجالي والاجتماعي و ذلك في غياب نظرة تضامنية و اندماجية توزع الأدوار و المهام حسب معطيات المجال وقدراته في خلق دينامية تنموية منتجة.

إن تحول معطى الاختلافات المحلية والجهوية من مستوى التنوع المجالي و الثقافي إلى مستوى مسار الإجراءات المتعاقبة عن الإنسان و محيطه و تهميش إمكانية المحلي ومقومات تنوعه الثقافي و اللغوي حيث كانت الدولة والأطراف السياسية المتحالفة معها ترى في هذه الاختلافات مصدر قلق و توثر و مبررا قضائيا و سلطويا لفرض النظرة المركزية للفئات المهمشة و تعاطيها الانتقائي مع مختلف تجليات وعناصر القضاء الاجتماعي والثقافي الوطني.

إذن كيف يمكن أن نكون ؟

إن الحاجة إلى سياسة ترابية جديدة في المغرب تجعل العديد من الفاعلين الأساسيين والحركات الحية في البلاد تطرح بقوة مجموعة من التطورات و المطالب السياسية و التي استجابت لها الدولة من خلال إقدامها على فتح نقاش موسع حول الجهوية من جديد، وعلى هذا الأساس أصبح التفكير الموضوعي في موضوع الجهوية في المغرب مطروحا بجدية وهو ملزم بأن لا يقفز على المعطى اللغوي و الثقافي الذي يحضر بقوة في إطار تحقيق التنمية الاجتماعية.

وعندما تثار مسألة المدخل اللغوي و الثقافي في أي حديث من تدبير المجال الترابي ببلادنا يطرح سؤال التقطيع إذ لا يجب أن يعتمد إقصاء أي تفكير أو تخطيط علمي وديمقراطي لقضايا الجهوية الموسعة بالمغرب، و بناء عليه فإن المعطى اللغوي والثقافي في فضاء المغرب المعاصر هو غير مرتبط بتحديد مجالي مضبوط بانتهاء شرعي محصور حيث تتداخل مختلف عناصر التعدد اللغوي و الثقافي داخل بعض المجالات السكانية خاصة بالمدن وذلك نتيجة الأخطاء المترتبة على السياسات التي تم اعتمادها في السابق.

وعليه نرى أن التفكير الجديد في الجهوية الموسعة المعاصرة انطلاقا من هذا البعد الترابي يجب أن لا يتعدى ست جهات كمناطق أسياسية (منطقة الشمال او المنطقة الريفية والساحل المتوسطي) (منطقة سوس) و(منطقة الأطلس المتوسط و مراكش تانسيفت الحوز) و (منطقة الساحل الأطلسي ) و (منطقة الصحراء).

إن واقع التداخل و التفاعل الديمغرافي قريب من منطق الأشياء التي تجعل المغرب متكون من جهات تشكل مجالات ترابية أساسية ولا يمكن فصلها عن امتدادها التاريخي وهويتها اللغوية و الثقافية و انتمائها المغربي.

إن تدبير مجال التراب الوطني يجب أن يشكل منطقا للتحول الديمقراطية انطلاقا من التدبير العقلاني و الديمقراطي انطلاقا من المعطيات الواقعية والمطالب السياسية والثقافية وآفاق التدبير الوطني، و هذا يعني وضع سياسات مجالية منصفة تراعي الاختلافات القائمة ويسعى إلى تحقيق توازنات منتجة.

أما بعد:

إن كل محاولة لطرح التدبير السياسية لموضوع في الشأن الجهوي ببلادنا واستحضار الغاية و الهدف من التدبير المجالي و السياسي و الترابي باعتبار الجهوية آلية من آليات التنمية ومدخلا أساسيا وتخطيطها و تدبير المنصف والمجدي يتطلب وضع المشروع التنموي والديمقراطي بمختلف أبعاده و مساراته السياسية و الثقافية والاجتماعية في كل محاولة.

بقلم: عبدالصادق عبادة

One response to “في الجهوية الترابية”

  1. mhamed Laabali says :

    Nouvelle: Les deux fesses

    Les deux fesses

    Les deux fesses

    I – Ils venaient de Khmis Negga, de Ras El Ain, de Youssoufia, de Sidi Tiji et de tous les douars des alentours du petit village de Chemmaia. Ils fuyaient leurs terres et se dirigeaient par centaines vers la ville de Safi, à quatre vingt kilomètres à l’ouest, dans l’espoir de trouver un travail. La sécheresse qui sévissait depuis des décennies leur avait fait perdre le peu de bétail qu’il leur restait.

    S’appuyant sur un long bâton, Rahou ouvrait cette marche lugubre. Sa longue barbe blanche qui flottait dans l’air, découvrant de temps en temps, la petite croix en bronze qu’il avait accrochée sur son djellaba au niveau de son cœur, ses pas réguliers et bien rythmés laissaient voir une certaine détermination chez cet homme de quatre vingt ans. Derrière lui, ses compagnons traînaient par petits groupes. Ils étaient exténués de fatigue. Ils avançaient péniblement le long du sentier très accidenté oubliant, enfin, tous les problèmes qui les opposaient avant cette migration forcée. Sous un soleil accablant, les gémissements des vieillards et les pleurs des petits qui ne supportaient plus la fatigue, venaient troubler, de temps en temps, cette marche tristement silencieuse.

    II – Beaucoup d’habitants avaient quitté cette terre inhospitalière depuis des années. Seules deux bourgades situées l’une en face de l’autre, mais sur deux collines opposées avaient résisté à cette sécheresse inhabituelle. La petite source d’eau qui se trouvait au creux des deux collines avait retardé leur départ sans toutefois calmer leurs esprits. En effet, ces deux tribus étaient en conflit depuis des générations à cause du petit filet d’eau qui formait une frontière naturelle entre les deux belligérants et qui serpentait sur une centaine de mètres avant de disparaître ingurgité par la terre assoiffée. Chaque tribu accusait l’autre de ne pas respecter le planning d’exploitation de ce bien très cher. Aussi, la guerre entre ces deux frères ennemis n’avait-elle jamais connu de répit. Les habitants des deux camps se tenaient, tout le temps, sur leur garde. Gare à celui qui faisait un faux pas. Avant de prendre une décision quelconque, chaque tribu devait consulter son conseiller de guerre. On analysait minutieusement le pour et le contre d’une riposte, d’une défense, d’une attaque ou d’une contre attaque.

    Pour cela, la tribu Ouled M’rah avait entièrement confiance en Rahou, un vieil homme moustachu qui avait fait la campagne d’Indochine avec l’armée française.

    Personne n’osait remettre en cause son savoir faire guerrier, eu égard aux innombrables et brillants exploits qu’il avait réalisés à l’autre bout du monde. N’avait-il pas tué à l’aide de son kalachnikov, des centaines de soldats aux yeux bridés ? N’avait-il pas fait prisonnier des milliers d’indochinois ? Que serait la France aujourd’hui sans les valeureux services qu’il lui avait rendus?

    Chaque fois que l’occasion se présentait, Rahou répétait à son auditoire qui n’avait, bien entendu, aucune idée sur l’évolution du monde et qui avait toujours vécu à l’écart des conflits mondiaux ne souciant que des problèmes qui se posaient au niveau de l’exploitation de l’eau de la source:

    « Reni Coty, le prizidane de la France, m’a remis en pirsonne citte midaille », et il exhibait fièrement une minuscule croix en bronze qui avait perdu tout son éclat et que l’ex-soldat gardait jalousement au fond du capuchon de son djellaba, bien enveloppé dans un petit bout de tissu tout crasseux.

    Personne n’avait jamais compris à quoi pouvait servir ce morceau de métal. Personne n’avait jamais entendu parler de Reni Coty.

    Grâce à son expérience et au petit poste de radio qu’il avait ramené avec lui- preuve tangible qu’il avait bien quitté le pays-, Rahou était devenu l’érudit, le politicien, l’intellectuel de toute la région, bien qu’il ne sache, comme tous les autres habitants, ni lire ni écrire. Il lui arrivait même d’analyser méticuleusement la politique française, critiquait acerbement l’hégémonie américaine et se mettait hors de lui chaque fois qu’il évoquait la misère du continent africain. Comme ils ne comprenaient rien à ce que disait ce vieux poilu, les habitants croyaient qu’il délirait à cause des insolations qu’il avait contractées en Asie.

    Pourtant, toute sa bourgade le respectait. Elle le vénérait même.

    Rahou n’avait pas de famille. Avant d’être enrôlé dans l’armée française, il avait ramené et épousé une jeune berbère d’une lointaine contrée. Elle était d’une beauté exquise. Ses yeux bleus, ses longs cheveux roux et sa peau lisse faisaient le bonheur des hommes ; ils rendaient, par contre, toutes les femmes de la tribu extrêmement malheureuses et surexcitées.

    Le couple s’installa dans une vieille cabane un peu à l’écart du hameau. A cette époque, Rahou était encore jeune. Son corps bien bâti, faisait de lui l’ouvrier le plus recherché dans toute la région.

    Malheureusement le gouvernement français confisqua cet homme robuste à sa tribu et l’enrôla dans l’armée coloniale.

    Il fut emmené, quelques mois après, en extrême Orient, pour faire la guerre.

    Itto, sa belle femme, fut alors la cible de toute la junte masculine et féminine de la bourgade : Les hommes , et à leur tête l’imam (le chef religieux du douar) usaient de tous leurs moyens pour bénéficier des dernières faveurs de la jeune berbère ; quant aux femmes, conscientes du danger que représentait « la vipère » -comme elles aimaient la surnommer- cherchaient par tous les moyens à la faire disparaître du champ de vision des mâles de la tribu.

    Aussi, un beau matin, Itto avait-elle disparu.

    Les hommes furent inquiets. Les femmes soulagées.

    Personne n’osa poser de questions sur les circonstances de cette mystérieuse disparition.

    Lorsque la guerre prit fin en Indochine et que la France n’avait plus besoin de soldats africains, elle les ramena doucement pour les décharger sans ménagement dans leurs pays d’origine.

    Rahou, que la guerre et le climat de l’Asie de l’Est avaient outrageusement usé, retourna donc au bercail pour se retrouver au cœur du conflit qui opposait sa tribu à la tribu voisine. Il crut fermement qu’il était de son devoir de mettre à la disposition de son clan toute l’expérience qu’il avait acquise en Indochine. Il devint ainsi son conseiller de guerre et oublia très vite la disparition de la ravissante Ittou

    III- La tribu d’Ouled Berka, par contre, n’avait pas de conseiller de guerre du charisme de Rahou. Leur force de frappe résidait dans leur union. Avant de prendre une quelconque décision, tous les membres de ce clan se concertaient, se conseillaient, sans toutefois laisser filtrer la moindre information sur les stratégies à adopter. Avec le temps, ils étaient devenus les as de l’attaque éclaire. En effet, toute opération menée contre l’ennemi ne durait pratiquement jamais plus d’une heure, mais elle était largement suffisante pour causer des dégâts considérables. Beaucoup de Berkaouis (habitants de Ouled Berka) avaient tenté de jouer le rôle de leader de la tribu, mais vainement. La devise : « tous le monde peut être corrompu et plus particulièrement les responsables. » était scrupuleusement respectée.

    Aucun habitant ne pouvait se hasarder de l’autre côté du cours d’eau, aucune bête non plus. Les premiers risquaient d’être violemment rudoyés à coups de bâtons ou de gourdins, les seconds d’être froidement abattus ou égorgés. Seul Tahar, le fou, avait le privilège de circuler librement, à moitié nu, sur les deux collines. Il n’appartenait à aucune des deux tribus.
    Chaque fois qu’un conflit éclatait entre ces deux tribus, Tahar courait directement vers la grande place du village et commençait à crier :

    « Les poils des deux fesses (faisant allusion aux habitants des deux collines) s’emmêlent une fois encore à cause de ce sale et visqueux trou ».

    Et si on lui demandait plus de précision, il répondait spontanément tout en riant à gorge déployée : « Il paraît qu’une bestiole était en train de dévorer le duvet qui cernait ce trou de cul ».

    IV- Avec le temps, la guerre entre les M’rahi et les Berkaoui avait pris d’autres allures et d’autres élans. On recourait à la propagande pour user les nerfs de l’ennemi. Chaque clan répandait le plus loin possible de fausses informations sur le camp adverse. Chaque tribu visait la dignité de l’autre pour la réduire en décombres. Ainsi, on entendait souvent les M’rahi raconter aux habitants du village de Chemmaia que telle jeune femme Berkaoui, récemment mariée, fut répudiée parce qu’elle n’était pas vierge. De leur côté Ouled Berka ripostaient que la femme de tel M’rahi l’avait quitté parce qu’il était impuissant.

    La montée en force de nouvelles générations de décideurs dans chacune des deux tribus bouleversa carrément la guerre classique entre les « deux fesses ». Les jeunes s’avérèrent plus téméraires et plus belliqueux que leurs aînés. Les campagnes et les opérations devinrent plus désastreuses. Cette nouvelle situation fit perdre à Rahou tout l’aura dont il jouissait auprès des habitants de sa tribu. Il quitta, sans gloire, le champ de bataille et s’enferma dans sa cabane.

    V – Le lendemain de la nuit du drame, le tiers de la population des deux tribus se retrouva dans les locaux de la gendarmerie pour répondre des actes dangereux qu’ils avaient commis. Le second tiers, souffrant de blessures graves, fut emmené sur des brouettes et des charrettes au dispensaire du village pour recevoir les premiers soins avant d’être évacué vers la ville de Marrakech. Quant au reste des habitants des deux tribus, ils avaient fui le lieu des opérations et se dirigeaient directement vers la ville de Safi dans l’espoir de trouver un travail. S’appuyant sur son long bâton, Rahou avait pris la fuite parmi les premiers et s’était dirigé, comme tant d’autres vers la ville de Safi.

    Resté seul, Tahar assouvissait joyeusement le désir que lui interdisaient les deux tribus : Comme un éléphant, il roulait tout nu dans l’eau boueuse de la source.

    VI- La nuit précédente, un M’rahi mariait sa fille. Pour célébrer cet heureux événement tout en prouvant à ses ennemis que sa tribu demeurait, aussi bien au niveau économique qu’au niveau prestigieux, la plus forte et la plus respectée, il avait tué quatre chèvres et fait appel à trois musiciens et une chanteuse populaire. Celle-ci avait une très belle voix, de plus, elle avait le don d’exécuter merveilleusement la danse du ventre.

    On avait dressé un peu à l’écart des maisons, trois grandes tentes destinées à recevoir les invités. Deux d’entre elles étaient réservées aux hommes, la troisième aux femmes. Malheureusement, il n’y avait pas d’électricité. Les autorités communales avaient fait savoir aux habitants que l’électrification des deux fesses allait coûter la peau des fesses au conseil.

    Des bouteilles de gaz vinrent donc éclairer les nuits sombres des deux tribus.

    VII- Cette nuit là, un commando Berkaoui avait décidé de porter un coup dur à l’ennemi. Munis de gourdins, de couteaux et de sabres, une dizaine de jeunes s’infiltrèrent dans le camp adverse. En prenant leur position d’attaque dans la pénombre, ils décidèrent de n’agir que quand tout le monde serait fatigué. Ils suivirent donc calmement le déroulement des festivités, en n’ayant d’yeux que pour la danseuse qui excitait le public masculin par ses postures surchargées de messages érotiques. Tels des papillons, on voyait de temps en temps certains jeunes tournoyer autour de la diva dans l’espoir de frôler une partie de son corps. Les maris, par contre, se tenaient sagement : De la tente non éclairée, leurs femmes les surveillaient attentivement, prêtes à déjouer toute manœuvre suspecte.

    L’excitation avait atteint même certains membres du commando. Hammouda, le plus costaud du groupe envahisseur, faisait déjà l’éloge de la danseuse qui continuait à balancer sa croupe devant son public hypnotisé. Dans un langage on ne peut plus sensuel, il parlait des seins, des jambes, et des cuisses de la star. On dirait qu’il s’adressait à un groupe d’aveugles qui n’avait pas la chance d’admirer cette scène. Son discours accéléra la respiration de ses compagnons. Certains commençaient même à caresser leur bas-ventre, dans l’espoir de jouir … d’un plaisir plus écumeux.

    Quand la musique avait cessé, la chanteuse prit place entre les musiciens et alluma une cigarette. On distribua des verres de thé aux convives.

    La star de la soirée fit appel à un des trois responsables de l’ordre pour lui signifier qu’elle voulait aller aux toilettes. Le jeune homme parut gêné : il n’avait pas aménagé de place pour un tel besoin. Après une concertation rapide, on conseilla à la chanteuse d’aller derrière quelques pierres qui se trouvaient à une cinquantaine de mètres des tentes.

    Celle-ci s’engouffra dans le noir.

    Hammouda qui surveillait minutieusement les manœuvres du camp adverse, ordonna alors à ses compagnons de l’attendre et disparut lui aussi dans la direction des tas de pierres.

    Quelques instants après, on entendit les cris stridents de la danseuse qui jaillissaient de l’autre côté de l’amas de pierres et qui s’éloignaient, au fur et à mesure, en direction de la source.

    Ce fut la débâcle.

    Tous les hommes, armés de bâtons, de haches, de faucilles ou de couteaux se lancèrent à la poursuite du ravisseur qui parvint à étouffer les cris de sa proie mettant ses poursuivants dans l’impossibilité de détecter sa situation sur le champ de bataille.
    Déçus par ce cuisant revers, et craignant toutes les railleries qui allaient les tourner en dérision auprès des habitants de Chemmaia, les M’rahis foncèrent directement sur la bourgade des Ouled Barka et commencèrent à massacrer tout le bétail. Hommes, femmes et enfants furent sauvagement malmenés. Les cris perçants de douleur et de désespoir semèrent le désarroi chez les habitants. Seuls quelques rescapés parvinrent à se dissiper dans l’obscurité.

    VIII- Sachant que sa tribu était en train de payer cher cette violation du territoire avec rapt d’une personne innocente, le reste du commando se dirigea vers ce qui restait des habitants de la tribu Ouled M’rah. Il n’y trouva que quelques vieilles femmes qui n’avaient pas participé aux festivités, et qui, malheureusement payèrent pour les absents. En forçant les portes des chambres à la recherche d’autres coupables, les membres du commando trouvèrent par hasard la mariée. Bien maquillée et légèrement habillée, elle attendait calmement, allongée sur un tapis, l’arrivée de son jeune époux.

    Ce fut donc cette bande de jeunes, toujours sous l’effet de l’excitation de la danse du ventre, qui dédommagea la jeune fiancée du retard de son mari.

    IX- Certains rescapés des deux camps parvinrent à rejoindre la gendarmerie et à l’informer du drame.

    Mais le caporal de garde leur fit savoir qu’il ne pouvait rien pour eux étant donné que l’officier responsable était parti avec sa famille à Marrakech et qu’il avait pris la seule jeep dont disposait la brigade. Il pria tout le monde d’attendre dans la cour jusqu’au lever du jour.

    X- Vers dix heures du matin, une troupe de badauds s’était formée devant l’entrée principale de la gendarmerie pour assister au débarquement des héros de la bataille dont les habits étaient couverts de sang. Trois hommes en uniformes essayèrent tant bien que mal de faire disperser la foule mais sans succès.

    L’unique dispensaire de Chemmaia fut lui aussi envahi par des dizaines de curieux qui avaient abandonné leur commerce et leur routine ennuyeuse pour venir compter le nombre de blessés.

    Les représentants de l’autorité dépêchés sur les lieux des opérations ne purent arrêter aucun membre du commando. La chanteuse-danseuse et la mariée avaient elles aussi disparues. Ils en ramenèrent, sur le chariot d’un tracteur, trois vieilles femmes légèrement blessées. Elles étaient les dernières à quitter la tribu.

    . Tahar le fou, tenta de monter, lui aussi, sur le tracteur pour être conduit à la gendarmerie, mais il fut chassé à coup de bâton. Il parvint tout de même à rejoindre, à pied, le village de Chemmaia en criant :

    « Le pet était tellement fort qu’il a fait disparaître tous les poils des deux fesses. Seule la fiancée a eu de la chance puisqu’elle a remporté une dizaine de maris. Il paraît qu’elle va les accueillir par paire dans son lit ».

    Et tout nu, il s’engouffra dans une des ruelles étroites du village.

    M. LAABALI

    Les deux fesses

    I – Ils venaient de Khmis Negga, de Ras El Ain, de Youssoufia, de Sidi Tiji et de tous les douars des alentours du petit village de Chemmaia. Ils fuyaient leurs terres et se dirigeaient par centaines vers la ville de Safi, à quatre vingt kilomètres à l’ouest, dans l’espoir de trouver un travail. La sécheresse qui sévissait depuis des décennies leur avait fait perdre le peu de bétail qu’il leur restait.

    S’appuyant sur un long bâton, Rahou ouvrait cette marche lugubre. Sa longue barbe blanche qui flottait dans l’air, découvrant de temps en temps, la petite croix en bronze qu’il avait accrochée sur son djellaba au niveau de son cœur, ses pas réguliers et bien rythmés laissaient voir une certaine détermination chez cet homme de quatre vingt ans. Derrière lui, ses compagnons traînaient par petits groupes. Ils étaient exténués de fatigue. Ils avançaient péniblement le long du sentier très accidenté oubliant, enfin, tous les problèmes qui les opposaient avant cette migration forcée. Sous un soleil accablant, les gémissements des vieillards et les pleurs des petits qui ne supportaient plus la fatigue, venaient troubler, de temps en temps, cette marche tristement silencieuse.

    II – Beaucoup d’habitants avaient quitté cette terre inhospitalière depuis des années. Seules deux bourgades situées l’une en face de l’autre, mais sur deux collines opposées avaient résisté à cette sécheresse inhabituelle. La petite source d’eau qui se trouvait au creux des deux collines avait retardé leur départ sans toutefois calmer leurs esprits. En effet, ces deux tribus étaient en conflit depuis des générations à cause du petit filet d’eau qui formait une frontière naturelle entre les deux belligérants et qui serpentait sur une centaine de mètres avant de disparaître ingurgité par la terre assoiffée. Chaque tribu accusait l’autre de ne pas respecter le planning d’exploitation de ce bien très cher. Aussi, la guerre entre ces deux frères ennemis n’avait-elle jamais connu de répit. Les habitants des deux camps se tenaient, tout le temps, sur leur garde. Gare à celui qui faisait un faux pas. Avant de prendre une décision quelconque, chaque tribu devait consulter son conseiller de guerre. On analysait minutieusement le pour et le contre d’une riposte, d’une défense, d’une attaque ou d’une contre attaque.

    Pour cela, la tribu Ouled M’rah avait entièrement confiance en Rahou, un vieil homme moustachu qui avait fait la campagne d’Indochine avec l’armée française.

    Personne n’osait remettre en cause son savoir faire guerrier, eu égard aux innombrables et brillants exploits qu’il avait réalisés à l’autre bout du monde. N’avait-il pas tué à l’aide de son kalachnikov, des centaines de soldats aux yeux bridés ? N’avait-il pas fait prisonnier des milliers d’indochinois ? Que serait la France aujourd’hui sans les valeureux services qu’il lui avait rendus?

    Chaque fois que l’occasion se présentait, Rahou répétait à son auditoire qui n’avait, bien entendu, aucune idée sur l’évolution du monde et qui avait toujours vécu à l’écart des conflits mondiaux ne souciant que des problèmes qui se posaient au niveau de l’exploitation de l’eau de la source:

    « Reni Coty, le prizidane de la France, m’a remis en pirsonne citte midaille », et il exhibait fièrement une minuscule croix en bronze qui avait perdu tout son éclat et que l’ex-soldat gardait jalousement au fond du capuchon de son djellaba, bien enveloppé dans un petit bout de tissu tout crasseux.

    Personne n’avait jamais compris à quoi pouvait servir ce morceau de métal. Personne n’avait jamais entendu parler de Reni Coty.

    Grâce à son expérience et au petit poste de radio qu’il avait ramené avec lui- preuve tangible qu’il avait bien quitté le pays-, Rahou était devenu l’érudit, le politicien, l’intellectuel de toute la région, bien qu’il ne sache, comme tous les autres habitants, ni lire ni écrire. Il lui arrivait même d’analyser méticuleusement la politique française, critiquait acerbement l’hégémonie américaine et se mettait hors de lui chaque fois qu’il évoquait la misère du continent africain. Comme ils ne comprenaient rien à ce que disait ce vieux poilu, les habitants croyaient qu’il délirait à cause des insolations qu’il avait contractées en Asie.

    Pourtant, toute sa bourgade le respectait. Elle le vénérait même.

    Rahou n’avait pas de famille. Avant d’être enrôlé dans l’armée française, il avait ramené et épousé une jeune berbère d’une lointaine contrée. Elle était d’une beauté exquise. Ses yeux bleus, ses longs cheveux roux et sa peau lisse faisaient le bonheur des hommes ; ils rendaient, par contre, toutes les femmes de la tribu extrêmement malheureuses et surexcitées.

    Le couple s’installa dans une vieille cabane un peu à l’écart du hameau. A cette époque, Rahou était encore jeune. Son corps bien bâti, faisait de lui l’ouvrier le plus recherché dans toute la région.

    Malheureusement le gouvernement français confisqua cet homme robuste à sa tribu et l’enrôla dans l’armée coloniale.

    Il fut emmené, quelques mois après, en extrême Orient, pour faire la guerre.

    Itto, sa belle femme, fut alors la cible de toute la junte masculine et féminine de la bourgade : Les hommes , et à leur tête l’imam (le chef religieux du douar) usaient de tous leurs moyens pour bénéficier des dernières faveurs de la jeune berbère ; quant aux femmes, conscientes du danger que représentait « la vipère » -comme elles aimaient la surnommer- cherchaient par tous les moyens à la faire disparaître du champ de vision des mâles de la tribu.

    Aussi, un beau matin, Itto avait-elle disparu.

    Les hommes furent inquiets. Les femmes soulagées.

    Personne n’osa poser de questions sur les circonstances de cette mystérieuse disparition.

    Lorsque la guerre prit fin en Indochine et que la France n’avait plus besoin de soldats africains, elle les ramena doucement pour les décharger sans ménagement dans leurs pays d’origine.

    Rahou, que la guerre et le climat de l’Asie de l’Est avaient outrageusement usé, retourna donc au bercail pour se retrouver au cœur du conflit qui opposait sa tribu à la tribu voisine. Il crut fermement qu’il était de son devoir de mettre à la disposition de son clan toute l’expérience qu’il avait acquise en Indochine. Il devint ainsi son conseiller de guerre et oublia très vite la disparition de la ravissante Ittou

    III- La tribu d’Ouled Berka, par contre, n’avait pas de conseiller de guerre du charisme de Rahou. Leur force de frappe résidait dans leur union. Avant de prendre une quelconque décision, tous les membres de ce clan se concertaient, se conseillaient, sans toutefois laisser filtrer la moindre information sur les stratégies à adopter. Avec le temps, ils étaient devenus les as de l’attaque éclaire. En effet, toute opération menée contre l’ennemi ne durait pratiquement jamais plus d’une heure, mais elle était largement suffisante pour causer des dégâts considérables. Beaucoup de Berkaouis (habitants de Ouled Berka) avaient tenté de jouer le rôle de leader de la tribu, mais vainement. La devise : « tous le monde peut être corrompu et plus particulièrement les responsables. » était scrupuleusement respectée.

    Aucun habitant ne pouvait se hasarder de l’autre côté du cours d’eau, aucune bête non plus. Les premiers risquaient d’être violemment rudoyés à coups de bâtons ou de gourdins, les seconds d’être froidement abattus ou égorgés. Seul Tahar, le fou, avait le privilège de circuler librement, à moitié nu, sur les deux collines. Il n’appartenait à aucune des deux tribus.
    Chaque fois qu’un conflit éclatait entre ces deux tribus, Tahar courait directement vers la grande place du village et commençait à crier :

    « Les poils des deux fesses (faisant allusion aux habitants des deux collines) s’emmêlent une fois encore à cause de ce sale et visqueux trou ».

    Et si on lui demandait plus de précision, il répondait spontanément tout en riant à gorge déployée : « Il paraît qu’une bestiole était en train de dévorer le duvet qui cernait ce trou de cul ».

    IV- Avec le temps, la guerre entre les M’rahi et les Berkaoui avait pris d’autres allures et d’autres élans. On recourait à la propagande pour user les nerfs de l’ennemi. Chaque clan répandait le plus loin possible de fausses informations sur le camp adverse. Chaque tribu visait la dignité de l’autre pour la réduire en décombres. Ainsi, on entendait souvent les M’rahi raconter aux habitants du village de Chemmaia que telle jeune femme Berkaoui, récemment mariée, fut répudiée parce qu’elle n’était pas vierge. De leur côté Ouled Berka ripostaient que la femme de tel M’rahi l’avait quitté parce qu’il était impuissant.

    La montée en force de nouvelles générations de décideurs dans chacune des deux tribus bouleversa carrément la guerre classique entre les « deux fesses ». Les jeunes s’avérèrent plus téméraires et plus belliqueux que leurs aînés. Les campagnes et les opérations devinrent plus désastreuses. Cette nouvelle situation fit perdre à Rahou tout l’aura dont il jouissait auprès des habitants de sa tribu. Il quitta, sans gloire, le champ de bataille et s’enferma dans sa cabane.

    V – Le lendemain de la nuit du drame, le tiers de la population des deux tribus se retrouva dans les locaux de la gendarmerie pour répondre des actes dangereux qu’ils avaient commis. Le second tiers, souffrant de blessures graves, fut emmené sur des brouettes et des charrettes au dispensaire du village pour recevoir les premiers soins avant d’être évacué vers la ville de Marrakech. Quant au reste des habitants des deux tribus, ils avaient fui le lieu des opérations et se dirigeaient directement vers la ville de Safi dans l’espoir de trouver un travail. S’appuyant sur son long bâton, Rahou avait pris la fuite parmi les premiers et s’était dirigé, comme tant d’autres vers la ville de Safi.

    Resté seul, Tahar assouvissait joyeusement le désir que lui interdisaient les deux tribus : Comme un éléphant, il roulait tout nu dans l’eau boueuse de la source.

    VI- La nuit précédente, un M’rahi mariait sa fille. Pour célébrer cet heureux événement tout en prouvant à ses ennemis que sa tribu demeurait, aussi bien au niveau économique qu’au niveau prestigieux, la plus forte et la plus respectée, il avait tué quatre chèvres et fait appel à trois musiciens et une chanteuse populaire. Celle-ci avait une très belle voix, de plus, elle avait le don d’exécuter merveilleusement la danse du ventre.

    On avait dressé un peu à l’écart des maisons, trois grandes tentes destinées à recevoir les invités. Deux d’entre elles étaient réservées aux hommes, la troisième aux femmes. Malheureusement, il n’y avait pas d’électricité. Les autorités communales avaient fait savoir aux habitants que l’électrification des deux fesses allait coûter la peau des fesses au conseil.

    Des bouteilles de gaz vinrent donc éclairer les nuits sombres des deux tribus.

    VII- Cette nuit là, un commando Berkaoui avait décidé de porter un coup dur à l’ennemi. Munis de gourdins, de couteaux et de sabres, une dizaine de jeunes s’infiltrèrent dans le camp adverse. En prenant leur position d’attaque dans la pénombre, ils décidèrent de n’agir que quand tout le monde serait fatigué. Ils suivirent donc calmement le déroulement des festivités, en n’ayant d’yeux que pour la danseuse qui excitait le public masculin par ses postures surchargées de messages érotiques. Tels des papillons, on voyait de temps en temps certains jeunes tournoyer autour de la diva dans l’espoir de frôler une partie de son corps. Les maris, par contre, se tenaient sagement : De la tente non éclairée, leurs femmes les surveillaient attentivement, prêtes à déjouer toute manœuvre suspecte.

    L’excitation avait atteint même certains membres du commando. Hammouda, le plus costaud du groupe envahisseur, faisait déjà l’éloge de la danseuse qui continuait à balancer sa croupe devant son public hypnotisé. Dans un langage on ne peut plus sensuel, il parlait des seins, des jambes, et des cuisses de la star. On dirait qu’il s’adressait à un groupe d’aveugles qui n’avait pas la chance d’admirer cette scène. Son discours accéléra la respiration de ses compagnons. Certains commençaient même à caresser leur bas-ventre, dans l’espoir de jouir … d’un plaisir plus écumeux.

    Quand la musique avait cessé, la chanteuse prit place entre les musiciens et alluma une cigarette. On distribua des verres de thé aux convives.

    La star de la soirée fit appel à un des trois responsables de l’ordre pour lui signifier qu’elle voulait aller aux toilettes. Le jeune homme parut gêné : il n’avait pas aménagé de place pour un tel besoin. Après une concertation rapide, on conseilla à la chanteuse d’aller derrière quelques pierres qui se trouvaient à une cinquantaine de mètres des tentes.

    Celle-ci s’engouffra dans le noir.

    Hammouda qui surveillait minutieusement les manœuvres du camp adverse, ordonna alors à ses compagnons de l’attendre et disparut lui aussi dans la direction des tas de pierres.

    Quelques instants après, on entendit les cris stridents de la danseuse qui jaillissaient de l’autre côté de l’amas de pierres et qui s’éloignaient, au fur et à mesure, en direction de la source.

    Ce fut la débâcle.

    Tous les hommes, armés de bâtons, de haches, de faucilles ou de couteaux se lancèrent à la poursuite du ravisseur qui parvint à étouffer les cris de sa proie mettant ses poursuivants dans l’impossibilité de détecter sa situation sur le champ de bataille.
    Déçus par ce cuisant revers, et craignant toutes les railleries qui allaient les tourner en dérision auprès des habitants de Chemmaia, les M’rahis foncèrent directement sur la bourgade des Ouled Barka et commencèrent à massacrer tout le bétail. Hommes, femmes et enfants furent sauvagement malmenés. Les cris perçants de douleur et de désespoir semèrent le désarroi chez les habitants. Seuls quelques rescapés parvinrent à se dissiper dans l’obscurité.

    VIII- Sachant que sa tribu était en train de payer cher cette violation du territoire avec rapt d’une personne innocente, le reste du commando se dirigea vers ce qui restait des habitants de la tribu Ouled M’rah. Il n’y trouva que quelques vieilles femmes qui n’avaient pas participé aux festivités, et qui, malheureusement payèrent pour les absents. En forçant les portes des chambres à la recherche d’autres coupables, les membres du commando trouvèrent par hasard la mariée. Bien maquillée et légèrement habillée, elle attendait calmement, allongée sur un tapis, l’arrivée de son jeune époux.

    Ce fut donc cette bande de jeunes, toujours sous l’effet de l’excitation de la danse du ventre, qui dédommagea la jeune fiancée du retard de son mari.

    IX- Certains rescapés des deux camps parvinrent à rejoindre la gendarmerie et à l’informer du drame.

    Mais le caporal de garde leur fit savoir qu’il ne pouvait rien pour eux étant donné que l’officier responsable était parti avec sa famille à Marrakech et qu’il avait pris la seule jeep dont disposait la brigade. Il pria tout le monde d’attendre dans la cour jusqu’au lever du jour.

    X- Vers dix heures du matin, une troupe de badauds s’était formée devant l’entrée principale de la gendarmerie pour assister au débarquement des héros de la bataille dont les habits étaient couverts de sang. Trois hommes en uniformes essayèrent tant bien que mal de faire disperser la foule mais sans succès.

    L’unique dispensaire de Chemmaia fut lui aussi envahi par des dizaines de curieux qui avaient abandonné leur commerce et leur routine ennuyeuse pour venir compter le nombre de blessés.

    Les représentants de l’autorité dépêchés sur les lieux des opérations ne purent arrêter aucun membre du commando. La chanteuse-danseuse et la mariée avaient elles aussi disparues. Ils en ramenèrent, sur le chariot d’un tracteur, trois vieilles femmes légèrement blessées. Elles étaient les dernières à quitter la tribu.

    . Tahar le fou, tenta de monter, lui aussi, sur le tracteur pour être conduit à la gendarmerie, mais il fut chassé à coup de bâton. Il parvint tout de même à rejoindre, à pied, le village de Chemmaia en criant :

    « Le pet était tellement fort qu’il a fait disparaître tous les poils des deux fesses. Seule la fiancée a eu de la chance puisqu’elle a remporté une dizaine de maris. Il paraît qu’elle va les accueillir par paire dans son lit ».

    Et tout nu, il s’engouffra dans une des ruelles étroites du village.

    M. LAABALI

    I – Ils venaient de Khmis Negga, de Ras El Ain, de Youssoufia, de Sidi Tiji et de tous les douars des alentours du petit village de Chemmaia. Ils fuyaient leurs terres et se dirigeaient par centaines vers la ville de Safi, à quatre vingt kilomètres à l’ouest, dans l’espoir de trouver un travail. La sécheresse qui sévissait depuis des décennies leur avait fait perdre le peu de bétail qu’il leur restait.

    S’appuyant sur un long bâton, Rahou ouvrait cette marche lugubre. Sa longue barbe blanche qui flottait dans l’air, découvrant de temps en temps, la petite croix en bronze qu’il avait accrochée sur son djellaba au niveau de son cœur, ses pas réguliers et bien rythmés laissaient voir une certaine détermination chez cet homme de quatre vingt ans. Derrière lui, ses compagnons traînaient par petits groupes. Ils étaient exténués de fatigue. Ils avançaient péniblement le long du sentier très accidenté oubliant, enfin, tous les problèmes qui les opposaient avant cette migration forcée. Sous un soleil accablant, les gémissements des vieillards et les pleurs des petits qui ne supportaient plus la fatigue, venaient troubler, de temps en temps, cette marche tristement silencieuse.

    II – Beaucoup d’habitants avaient quitté cette terre inhospitalière depuis des années. Seules deux bourgades situées l’une en face de l’autre, mais sur deux collines opposées avaient résisté à cette sécheresse inhabituelle. La petite source d’eau qui se trouvait au creux des deux collines avait retardé leur départ sans toutefois calmer leurs esprits. En effet, ces deux tribus étaient en conflit depuis des générations à cause du petit filet d’eau qui formait une frontière naturelle entre les deux belligérants et qui serpentait sur une centaine de mètres avant de disparaître ingurgité par la terre assoiffée. Chaque tribu accusait l’autre de ne pas respecter le planning d’exploitation de ce bien très cher. Aussi, la guerre entre ces deux frères ennemis n’avait-elle jamais connu de répit. Les habitants des deux camps se tenaient, tout le temps, sur leur garde. Gare à celui qui faisait un faux pas. Avant de prendre une décision quelconque, chaque tribu devait consulter son conseiller de guerre. On analysait minutieusement le pour et le contre d’une riposte, d’une défense, d’une attaque ou d’une contre attaque.

    Pour cela, la tribu Ouled M’rah avait entièrement confiance en Rahou, un vieil homme moustachu qui avait fait la campagne d’Indochine avec l’armée française.

    Personne n’osait remettre en cause son savoir faire guerrier, eu égard aux innombrables et brillants exploits qu’il avait réalisés à l’autre bout du monde. N’avait-il pas tué à l’aide de son kalachnikov, des centaines de soldats aux yeux bridés ? N’avait-il pas fait prisonnier des milliers d’indochinois ? Que serait la France aujourd’hui sans les valeureux services qu’il lui avait rendus?

    Chaque fois que l’occasion se présentait, Rahou répétait à son auditoire qui n’avait, bien entendu, aucune idée sur l’évolution du monde et qui avait toujours vécu à l’écart des conflits mondiaux ne souciant que des problèmes qui se posaient au niveau de l’exploitation de l’eau de la source:

    « Reni Coty, le prizidane de la France, m’a remis en pirsonne citte midaille », et il exhibait fièrement une minuscule croix en bronze qui avait perdu tout son éclat et que l’ex-soldat gardait jalousement au fond du capuchon de son djellaba, bien enveloppé dans un petit bout de tissu tout crasseux.

    Personne n’avait jamais compris à quoi pouvait servir ce morceau de métal. Personne n’avait jamais entendu parler de Reni Coty.

    Grâce à son expérience et au petit poste de radio qu’il avait ramené avec lui- preuve tangible qu’il avait bien quitté le pays-, Rahou était devenu l’érudit, le politicien, l’intellectuel de toute la région, bien qu’il ne sache, comme tous les autres habitants, ni lire ni écrire. Il lui arrivait même d’analyser méticuleusement la politique française, critiquait acerbement l’hégémonie américaine et se mettait hors de lui chaque fois qu’il évoquait la misère du continent africain. Comme ils ne comprenaient rien à ce que disait ce vieux poilu, les habitants croyaient qu’il délirait à cause des insolations qu’il avait contractées en Asie.

    Pourtant, toute sa bourgade le respectait. Elle le vénérait même.

    Rahou n’avait pas de famille. Avant d’être enrôlé dans l’armée française, il avait ramené et épousé une jeune berbère d’une lointaine contrée. Elle était d’une beauté exquise. Ses yeux bleus, ses longs cheveux roux et sa peau lisse faisaient le bonheur des hommes ; ils rendaient, par contre, toutes les femmes de la tribu extrêmement malheureuses et surexcitées.

    Le couple s’installa dans une vieille cabane un peu à l’écart du hameau. A cette époque, Rahou était encore jeune. Son corps bien bâti, faisait de lui l’ouvrier le plus recherché dans toute la région.

    Malheureusement le gouvernement français confisqua cet homme robuste à sa tribu et l’enrôla dans l’armée coloniale.

    Il fut emmené, quelques mois après, en extrême Orient, pour faire la guerre.

    Itto, sa belle femme, fut alors la cible de toute la junte masculine et féminine de la bourgade : Les hommes , et à leur tête l’imam (le chef religieux du douar) usaient de tous leurs moyens pour bénéficier des dernières faveurs de la jeune berbère ; quant aux femmes, conscientes du danger que représentait « la vipère » -comme elles aimaient la surnommer- cherchaient par tous les moyens à la faire disparaître du champ de vision des mâles de la tribu.

    Aussi, un beau matin, Itto avait-elle disparu.

    Les hommes furent inquiets. Les femmes soulagées.

    Personne n’osa poser de questions sur les circonstances de cette mystérieuse disparition.

    Lorsque la guerre prit fin en Indochine et que la France n’avait plus besoin de soldats africains, elle les ramena doucement pour les décharger sans ménagement dans leurs pays d’origine.

    Rahou, que la guerre et le climat de l’Asie de l’Est avaient outrageusement usé, retourna donc au bercail pour se retrouver au cœur du conflit qui opposait sa tribu à la tribu voisine. Il crut fermement qu’il était de son devoir de mettre à la disposition de son clan toute l’expérience qu’il avait acquise en Indochine. Il devint ainsi son conseiller de guerre et oublia très vite la disparition de la ravissante Ittou

    III- La tribu d’Ouled Berka, par contre, n’avait pas de conseiller de guerre du charisme de Rahou. Leur force de frappe résidait dans leur union. Avant de prendre une quelconque décision, tous les membres de ce clan se concertaient, se conseillaient, sans toutefois laisser filtrer la moindre information sur les stratégies à adopter. Avec le temps, ils étaient devenus les as de l’attaque éclaire. En effet, toute opération menée contre l’ennemi ne durait pratiquement jamais plus d’une heure, mais elle était largement suffisante pour causer des dégâts considérables. Beaucoup de Berkaouis (habitants de Ouled Berka) avaient tenté de jouer le rôle de leader de la tribu, mais vainement. La devise : « tous le monde peut être corrompu et plus particulièrement les responsables. » était scrupuleusement respectée.

    Aucun habitant ne pouvait se hasarder de l’autre côté du cours d’eau, aucune bête non plus. Les premiers risquaient d’être violemment rudoyés à coups de bâtons ou de gourdins, les seconds d’être froidement abattus ou égorgés. Seul Tahar, le fou, avait le privilège de circuler librement, à moitié nu, sur les deux collines. Il n’appartenait à aucune des deux tribus.
    Chaque fois qu’un conflit éclatait entre ces deux tribus, Tahar courait directement vers la grande place du village et commençait à crier :

    « Les poils des deux fesses (faisant allusion aux habitants des deux collines) s’emmêlent une fois encore à cause de ce sale et visqueux trou ».

    Et si on lui demandait plus de précision, il répondait spontanément tout en riant à gorge déployée : « Il paraît qu’une bestiole était en train de dévorer le duvet qui cernait ce trou de cul ».

    IV- Avec le temps, la guerre entre les M’rahi et les Berkaoui avait pris d’autres allures et d’autres élans. On recourait à la propagande pour user les nerfs de l’ennemi. Chaque clan répandait le plus loin possible de fausses informations sur le camp adverse. Chaque tribu visait la dignité de l’autre pour la réduire en décombres. Ainsi, on entendait souvent les M’rahi raconter aux habitants du village de Chemmaia que telle jeune femme Berkaoui, récemment mariée, fut répudiée parce qu’elle n’était pas vierge. De leur côté Ouled Berka ripostaient que la femme de tel M’rahi l’avait quitté parce qu’il était impuissant.

    La montée en force de nouvelles générations de décideurs dans chacune des deux tribus bouleversa carrément la guerre classique entre les « deux fesses ». Les jeunes s’avérèrent plus téméraires et plus belliqueux que leurs aînés. Les campagnes et les opérations devinrent plus désastreuses. Cette nouvelle situation fit perdre à Rahou tout l’aura dont il jouissait auprès des habitants de sa tribu. Il quitta, sans gloire, le champ de bataille et s’enferma dans sa cabane.

    V – Le lendemain de la nuit du drame, le tiers de la population des deux tribus se retrouva dans les locaux de la gendarmerie pour répondre des actes dangereux qu’ils avaient commis. Le second tiers, souffrant de blessures graves, fut emmené sur des brouettes et des charrettes au dispensaire du village pour recevoir les premiers soins avant d’être évacué vers la ville de Marrakech. Quant au reste des habitants des deux tribus, ils avaient fui le lieu des opérations et se dirigeaient directement vers la ville de Safi dans l’espoir de trouver un travail. S’appuyant sur son long bâton, Rahou avait pris la fuite parmi les premiers et s’était dirigé, comme tant d’autres vers la ville de Safi.

    Resté seul, Tahar assouvissait joyeusement le désir que lui interdisaient les deux tribus : Comme un éléphant, il roulait tout nu dans l’eau boueuse de la source.

    VI- La nuit précédente, un M’rahi mariait sa fille. Pour célébrer cet heureux événement tout en prouvant à ses ennemis que sa tribu demeurait, aussi bien au niveau économique qu’au niveau prestigieux, la plus forte et la plus respectée, il avait tué quatre chèvres et fait appel à trois musiciens et une chanteuse populaire. Celle-ci avait une très belle voix, de plus, elle avait le don d’exécuter merveilleusement la danse du ventre.

    On avait dressé un peu à l’écart des maisons, trois grandes tentes destinées à recevoir les invités. Deux d’entre elles étaient réservées aux hommes, la troisième aux femmes. Malheureusement, il n’y avait pas d’électricité. Les autorités communales avaient fait savoir aux habitants que l’électrification des deux fesses allait coûter la peau des fesses au conseil.

    Des bouteilles de gaz vinrent donc éclairer les nuits sombres des deux tribus.

    VII- Cette nuit là, un commando Berkaoui avait décidé de porter un coup dur à l’ennemi. Munis de gourdins, de couteaux et de sabres, une dizaine de jeunes s’infiltrèrent dans le camp adverse. En prenant leur position d’attaque dans la pénombre, ils décidèrent de n’agir que quand tout le monde serait fatigué. Ils suivirent donc calmement le déroulement des festivités, en n’ayant d’yeux que pour la danseuse qui excitait le public masculin par ses postures surchargées de messages érotiques. Tels des papillons, on voyait de temps en temps certains jeunes tournoyer autour de la diva dans l’espoir de frôler une partie de son corps. Les maris, par contre, se tenaient sagement : De la tente non éclairée, leurs femmes les surveillaient attentivement, prêtes à déjouer toute manœuvre suspecte.

    L’excitation avait atteint même certains membres du commando. Hammouda, le plus costaud du groupe envahisseur, faisait déjà l’éloge de la danseuse qui continuait à balancer sa croupe devant son public hypnotisé. Dans un langage on ne peut plus sensuel, il parlait des seins, des jambes, et des cuisses de la star. On dirait qu’il s’adressait à un groupe d’aveugles qui n’avait pas la chance d’admirer cette scène. Son discours accéléra la respiration de ses compagnons. Certains commençaient même à caresser leur bas-ventre, dans l’espoir de jouir … d’un plaisir plus écumeux.

    Quand la musique avait cessé, la chanteuse prit place entre les musiciens et alluma une cigarette. On distribua des verres de thé aux convives.

    La star de la soirée fit appel à un des trois responsables de l’ordre pour lui signifier qu’elle voulait aller aux toilettes. Le jeune homme parut gêné : il n’avait pas aménagé de place pour un tel besoin. Après une concertation rapide, on conseilla à la chanteuse d’aller derrière quelques pierres qui se trouvaient à une cinquantaine de mètres des tentes.

    Celle-ci s’engouffra dans le noir.

    Hammouda qui surveillait minutieusement les manœuvres du camp adverse, ordonna alors à ses compagnons de l’attendre et disparut lui aussi dans la direction des tas de pierres.

    Quelques instants après, on entendit les cris stridents de la danseuse qui jaillissaient de l’autre côté de l’amas de pierres et qui s’éloignaient, au fur et à mesure, en direction de la source.

    Ce fut la débâcle.

    Tous les hommes, armés de bâtons, de haches, de faucilles ou de couteaux se lancèrent à la poursuite du ravisseur qui parvint à étouffer les cris de sa proie mettant ses poursuivants dans l’impossibilité de détecter sa situation sur le champ de bataille.
    Déçus par ce cuisant revers, et craignant toutes les railleries qui allaient les tourner en dérision auprès des habitants de Chemmaia, les M’rahis foncèrent directement sur la bourgade des Ouled Barka et commencèrent à massacrer tout le bétail. Hommes, femmes et enfants furent sauvagement malmenés. Les cris perçants de douleur et de désespoir semèrent le désarroi chez les habitants. Seuls quelques rescapés parvinrent à se dissiper dans l’obscurité.

    VIII- Sachant que sa tribu était en train de payer cher cette violation du territoire avec rapt d’une personne innocente, le reste du commando se dirigea vers ce qui restait des habitants de la tribu Ouled M’rah. Il n’y trouva que quelques vieilles femmes qui n’avaient pas participé aux festivités, et qui, malheureusement payèrent pour les absents. En forçant les portes des chambres à la recherche d’autres coupables, les membres du commando trouvèrent par hasard la mariée. Bien maquillée et légèrement habillée, elle attendait calmement, allongée sur un tapis, l’arrivée de son jeune époux.

    Ce fut donc cette bande de jeunes, toujours sous l’effet de l’excitation de la danse du ventre, qui dédommagea la jeune fiancée du retard de son mari.

    IX- Certains rescapés des deux camps parvinrent à rejoindre la gendarmerie et à l’informer du drame.

    Mais le caporal de garde leur fit savoir qu’il ne pouvait rien pour eux étant donné que l’officier responsable était parti avec sa famille à Marrakech et qu’il avait pris la seule jeep dont disposait la brigade. Il pria tout le monde d’attendre dans la cour jusqu’au lever du jour.

    X- Vers dix heures du matin, une troupe de badauds s’était formée devant l’entrée principale de la gendarmerie pour assister au débarquement des héros de la bataille dont les habits étaient couverts de sang. Trois hommes en uniformes essayèrent tant bien que mal de faire disperser la foule mais sans succès.

    L’unique dispensaire de Chemmaia fut lui aussi envahi par des dizaines de curieux qui avaient abandonné leur commerce et leur routine ennuyeuse pour venir compter le nombre de blessés.

    Les représentants de l’autorité dépêchés sur les lieux des opérations ne purent arrêter aucun membre du commando. La chanteuse-danseuse et la mariée avaient elles aussi disparues. Ils en ramenèrent, sur le chariot d’un tracteur, trois vieilles femmes légèrement blessées. Elles étaient les dernières à quitter la tribu.

    . Tahar le fou, tenta de monter, lui aussi, sur le tracteur pour être conduit à la gendarmerie, mais il fut chassé à coup de bâton. Il parvint tout de même à rejoindre, à pied, le village de Chemmaia en criant :

    « Le pet était tellement fort qu’il a fait disparaître tous les poils des deux fesses. Seule la fiancée a eu de la chance puisqu’elle a remporté une dizaine de maris. Il paraît qu’elle va les accueillir par paire dans son lit ».

    Et tout nu, il s’engouffra dans une des ruelles étroites du village.

    M. LAABALI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :